DÉVOTION DU 6 SEPTEMBRE 2021 Lecture biblique: Genèse 18:1-15

DÉVOTION DU 6 SEPTEMBRE 2021 Lecture biblique: Genèse 18:1-15

septembre 6, 2021

Lecture biblique: Genèse 18:1-15

« Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel? Au temps fixé je reviendrai vers toi, à cette même époque; et Sara aura un fils. »

(Genèse 18:14)

Bonnie Davis a prouvé qu’il n’y a rien de trop difficile pour le Seigneur. Il y a quelques années, une biopsie a révélé la présence d’un cancer dans son corps.

Le médecin lui avait dit qu’elle devait être opérée immédiatement sous peine de mourir, mais elle s’était sentie personnellement conduite à refuser l’opération et à s’en remettre à Dieu seul dans la foi pour sa guérison.

Dans les semaines qui avaient suivi la biopsie, le cancer s’était répandu comme une traînée de poudre dans tout son corps.

La douleur devenait plus intense et elle s’affaiblissait de plus en plus. Il semblait que sa vie s’éteignait, mais Dieu avait parlé à son cœur et lui avait dit : «Aie la foi ! Tiens bon ! Continue à croire.» C’est exactement ce qu’elle avait fait.

Elle témoigne souvent : « Un jour, j’ai eu l’impression de m’étouffer. J’étais presque terrassée par la douleur, mais j’avais crié : Seigneur, je suis en train de mourir. Si c’est Ta volonté, guéris-moi, afin que je puisse prendre soin de mes proches. Puis vint la pensée décourageante : Tu ne peux pas vivre, tu es pleine de cancer. J’ai continué à plaider pour ma vie, à faire des consécrations de plus en plus profondes. Une fois de plus, j’ai prié : Dieu, guéris-moi pour Ton honneur et Ta gloire. »

La réponse était revenue : «Je suis l’Éternel qui te guérit. » Je savais que cette phrase venait du Ciel, et j’avais saisi cette promesse et m’y étais accrochée.

J’avais dit au Seigneur que s’Il m’aidait, j’irais à l’église et demanderais aux ministres de prier pour moi, comme la Bible l’ordonne. 

Ce soir-là, quoique je sois trop souffrante et très faible, j’étais allée à l’église. Après le Culte, les ministres avaient oint ma tête d’huile et avaient prié pour moi. Et le Seigneur m’avait guérie instantanément ! »

Le lendemain, le cancer avait commencé à disparaître du corps de Bonnie. Cela avait continué ainsi pendant plusieurs semaines, et elle se sentait de plus en plus forte.

Lorsque le moment était venu de passer un autre examen, quatre des meilleurs spécialistes de la ville avaient analysé son cas, mais ils n’avaient trouvé aucune trace du cancer.

Aujourd’hui, plusieurs années plus tard, elle est toujours exempte de cette maladie.

Dans le texte d’aujourd’hui, une annonce est venue directement du Ciel : Au temps fixé, Sara donnera naissance au fils promis, bien qu’elle ait dépassé l’âge de procréer depuis des décennies.

Naturellement, cela semble impossible, mais Dieu a posé à Abraham la question suivante : «Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel ? »

Si la même question nous était posée, combien la réponse, « Bien sûr que non ! » sortirait facilement de notre bouche.

Pourtant, combien il est plus difficile de saisir cette vérité lorsque nous sommes confrontés à des batailles que nous ne pouvons pas gagner par nos propres forces !

Cependant, la nature toute-puissante de Dieu est un fondement essentiel de notre foi. Lorsque Dieu fait une promesse, nous pouvons compter sur le fait qu’Il ne faillira pas.

Nous pouvons apprendre à nous appuyer sur Lui et à Lui faire confiance.

Quel est le problème auquel vous êtes confrontés aujourd’hui ? De quoi avez-vous le plus besoin ? Essayez de placer votre besoin spécifique dans cette question posée à Abraham.

Demandez-vous :

• « Ce problème financier auquel je suis confronté en ce moment est-il trop difficile pour le Seigneur ? »

• « Cette décision que je m’efforce à prendre est-elle trop difficile si le Seigneur me guide ? »

• « Ce chagrin écrasant qui s’empare de mon cœur est-il trop difficile à gérer pour le Seigneur ? »

Dieu peut faire ce que personne d’autre ne peut faire. Il peut réparer l’irréparable. Il peut résoudre l’insoluble. Il peut déplacer l’inamovible.

Si Dieu fait une promesse, nous pouvons être absolument certains qu’Il a le pouvoir de l’accomplir.

Abraham et Bonnie l’ont prouvé, et nous pouvons le prouver aussi.

Avec Dieu, il n’y a pas de cas désespérés !

 

 

 

CONTEXTE

 

 

Les versets 1 à 8 de ce chapitre décrivent l’hospitalité d’Abraham envers les étrangers, conformément à la coutume du pays.

Lorsque trois visiteurs s’approchèrent d’Abraham vers midi, un événement inhabituel, car peu de gens voyagent pendant la chaleur de la journée, il les accueillit chaleureusement.

Il les encouragea à lui permettre d’aller chercher de l’eau pour laver la poussière de leurs pieds, de se reposer à l’ombre et de prendre part à la nourriture qui serait préparée pour eux.

Après avoir lancé l’invitation aux trois hommes, Abraham ne s’était pas contenté de confier le travail nécessaire à ses serviteurs.

Genèse 14:14 indique que la maison d’Abraham comprenait 318 hommes, serviteurs qualifiés, mais malgré l’importance de son personnel, Abraham s’était occupé personnellement de ces procédures.

Il s’était immédiatement occupé de ses invités, en se levant de son repos pour les accueillir.

Il agit rapidement, se précipitant dans la tente pour discuter avec Sara des plans du repas.

Il avait offert généreusement, demandant que le pain soit cuit à partir de « fleur de farine » et fournissant de la viande « tendre et bonne ».

Et il avait servi humblement, s’inclinant devant ses invités et se faisant appeler leur serviteur.

Les versets 9 à 15 rapportent la révélation concernant la naissance d’Isaac.

Le texte n’indique pas à quel moment Abraham a commencé à prendre conscience qu’il recevait l’Éternel Lui-même, ainsi que deux anges, tous de forme humaine.

À un moment donné, pendant ou après le repas, l’annonce a été faite que Sara allait avoir un fils. Sachant qu’Abraham avait déjà été informé à trois reprises de la naissance de son fils et de sa future descendance (Genèse 12:2 ; 15:4 ; 17:19), on ne sait pas exactement combien de fois Sara était déjà au courant de cela.

En écoutant de l’intérieur de la tente, elle a répondu par un rire, apparemment un rire qui indiquait l’incrédulité. (En revanche, le rire d’Abraham au chapitre 17 était apparemment la réponse d’une foi joyeuse, puisqu’il n’a pas été réprimandé).

Au verset 13, le Seigneur a demandé pourquoi Sara riait. Son incrédulité mise à nu, par réflexe, Sara a nié avoir ri. 

Au verset 14, l’Éternel demande à Abraham : « Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel? » Et Il réaffirme ensuite que Sara portera effectivement un fils. 

 

 

REGARDER DE PLUS PRÈS

 

0. Qu’a fait Abraham lorsqu’il a vu trois hommes s’approcher de lui ?

0. Comment la réponse de l’Éternel au rire de Sara peut-elle être considérée à la fois comme une réprimande et un encouragement ? 

0. Quelles situations dans votre vie ont confirmé que « rien n’est trop difficile pour l’Éternel? « 

 

 

CONCLUSION

 

 

Parfois, Dieu ne répond pas à une prière aussi vite que nous l’aurions souhaité; mais nous devons continuer à prier, à faire confiance et à croire. Nous pouvons être sûrs qu’Il le fera en Son temps.