DÉVOTION DU 28 SEPTEMBRE 2021 Lecture biblique : Genèse 42 :1-38 ; 43 :1-34

DÉVOTION DU 28 SEPTEMBRE 2021 Lecture biblique : Genèse 42 :1-38 ; 43 :1-34

septembre 28, 2021

Lecture biblique : Genèse 42 :1-38 ; 43 :1-34

« Joseph vit ses frères et les reconnut ; mais il feignit d’être un étranger pour eux, il leur parla durement, et leur dit : D’où venez-vous ? Ils répondirent : Du pays de Canaan, pour acheter des vivres. Joseph reconnut ses frères, mais eux ne le reconnurent pas. » (Genèse 42 :7,8)

Sous le règne de Napoléon, un soldat avait commis par deux fois un crime qui méritait la mort. La veille de l’exécution du jeune homme, sa mère était allée voir Napoléon et l’avait supplié d’avoir pitié et d’épargner la vie de son fils.

Napoléon lui répondit qu’en raison des crimes qu’il avait commis, le jeune homme ne méritait pas la pitié. La mère s’écria : « Monsieur, ce n’est pas de la pitié s’il la mérite, et la pitié est tout ce que je demande ». Son raisonnement et sa passion l’avaient emporté ; Napoléon a été amené à commuer la sentence.

La miséricorde est un élément clé du texte d’aujourd’hui. Joseph avait souffert pendant des années de servitude et de mauvais traitements à cause de l’acte cruel de ses frères qui l’avaient vendu comme esclave. Leur trahison lui avait causé une perte et un chagrin d’amour que nous pouvons à peine imaginer.

Malgré cette grande injustice, il avait montré la vraie nature d’un enfant de Dieu. Joseph s’était efforcé de servir Dieu et d’être fidèle en toutes circonstances. Il avait évité les pièges de l’amertume et de l’apitoiement sur soi. Bien qu’il avait parlé « durement » lorsqu’il avait testé ses frères pour voir s’ils avaient vraiment changé, tout indique que ses motivations à leur égard étaient bonnes.

Même si nos circonstances ne seront probablement pas aussi extrêmes que celles de Joseph, nous serons nous aussi confrontés à des moments où nous devrons choisir entre la vengeance et la miséricorde envers les autres. La Parole de Dieu enseigne que la vengeance n’appartient qu’au Seigneur.

Ainsi, lorsque l’émotion nous pousse à répondre à une blessure ou une injustice par des représailles, nous devons choisir d’honorer Dieu en montrant Son attitude d’amour et de pardon. N’oubliez pas que l’un des témoins les plus puissants du véritable christianisme est la volonté de faire preuve de miséricorde et de pardonner à ceux qui nous ont fait du tort !

 

 

CONTEXTE

 

 

Le texte d’aujourd’hui donne le récit des deux premiers voyages des frères de Joseph en Égypte et des rencontres de Joseph avec eux.

Le chapitre 42 commence par raconter que la famine annoncée par Joseph avait atteint Canaan. Lorsque Jacob apprit qu’il y avait du maïs en Égypte, il envoya dix de ses fils acheter des provisions. Benjamin, le fils cadet de Rachel et seul frère de Joseph, resta à la maison.

Les craintes de Jacob pour la sécurité de Benjamin pourraient avoir été fondées sur le chagrin qu’il éprouvait à la suite de la perte de Joseph ou sur un sentiment d’inquiétude quant aux sentiments des autres frères envers Benjamin. Le voyage de Canaan à l’Égypte était de 250 à 330 miles, et aurait pu facilement prendre six semaines.

Genèse 42:6-28 raconte l’interaction entre Joseph et ses frères. Joseph était en Égypte depuis plus de vingt ans et, à cette époque, il était rasé de près (barbe et tête), vêtu comme un Égyptien et occupait manifestement une position officielle élevée. Il parlait en langue égyptienne et communiquait avec ses frères par l’intermédiaire d’un interprète, il n’est donc pas surprenant que ses frères ne l’aient pas reconnu.

L’Égypte ayant été affaiblie par la famine, une garde attentive aurait été mise en place pour surveiller les espions. Toute personne venant de Canaan, d’Assyrie ou d’autres régions voisines était probablement soumise à un examen minutieux.

Bien que Joseph ait reconnu ses frères, il a franchi un certain nombre d’étapes pour les tester. La Bible ne révèle pas ses motivations ; sans doute voulait-il connaître le bien-être de son père et de son frère. De plus, il voulait probablement discerner l’attitude de ces hommes envers Benjamin et voir s’ils avaient changé.

Le fait que Joseph ait exigé de ses frères qu’ils lui amènent leur plus jeune frère les a amenés à ressasser leur culpabilité concernant la façon dont ils avaient traité Joseph tant d’années auparavant. Ils ne savaient pas qu’il était capable de comprendre leur discours. En gardant Siméon en prison comme caution, Joseph a montré sa détermination à faire venir Benjamin en Égypte.

Bien que le fait de remettre secrètement leur argent dans leur sac ait pu être une gentillesse de la part de Joseph envers ses frères, cette action a provoqué une peur encore plus grande chez les frères.

Le chapitre 43 raconte le deuxième voyage des frères en Égypte. Jacob ne trouva aucun réconfort dans les promesses de Ruben (Genèse 42 :37) et de Juda (Genèse 43 :8-9) de se porter comme garantie pour Benjamin et ne voulais pas laisser partir Benjamin.

Cependant, la famine l’obligea à acquiescer et à permettre à tous ses fils de retourner en Égypte. De nouveau, ils apportèrent des cadeaux, et cette fois-ci, suffisamment d’argent pour payer les provisions précédentes ainsi que pour en acheter d’autres.

Après avoir vu Benjamin, Joseph était prêt à poursuivre le processus de mise à l’épreuve des frères. Envoyés chez Joseph, ils ont raconté ouvertement à l’intendant de Joseph l’histoire de leur retour d’argent. Leur volonté de payer les premières provisions prouvait qu’ils n’étaient plus cupides comme ils l’avaient été lorsqu’ils avaient vendu Joseph.

Lors du repas qu’ils ont partagé, le fait de servir à Benjamin une portion cinq fois plus grande que les autres était une façon pour Joseph de montrer sa faveur à son frère complet. Cela lui a également donné l’occasion de voir la réaction des autres frères à cette démonstration de traitement préférentiel. Ils ont également réussi ce test, ne montrant aucune mauvaise volonté envers Benjamin.

 

 

REGARDER DE PLUS PRES

 

 

1. Combien de fois les frères de Joseph se sont-ils prosternés devant lui dans ces deux chapitres ? À votre avis, qu’est-ce que cela indique ?
2. Selon vous, pourquoi Joseph a-t-il accusé ses frères d’être des espions et les a-t-il mis en prison ?
3. Pensez à un moment où Dieu vous a donné l’occasion de pardonner ou de faire preuve de miséricorde. Quel effet cela a-t-il eu sur vous ?

 

 

 

CONCLUSION

 

 

Le pardon de Joseph à ses frères devrait nous inciter à faire preuve de miséricorde envers ceux qui nous causent du tort. Nous aussi, nous pouvons vaincre le mal par le bien si nous gardons les yeux sur le Seigneur.