DÉVOTION DU 28 AOUT 2021 Lecture biblique : Genèse 7 : 6 – 24 ; 8 :1-22

DÉVOTION DU 28 AOUT 2021 Lecture biblique : Genèse 7 : 6 – 24 ; 8 :1-22

août 28, 2021

Lecture biblique : Genèse 7 : 6 – 24 ; 8 :1-22
 
«Tous les êtres qui étaient sur la face de la terre furent exterminés, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel : ils furent exterminés de la terre. Il ne resta que Noé, et ce qui était avec lui dans l’arche.»
(Genèse 7 : 23)

Certains y voyaient une intervention divine, d’autres l’attribuaient à un simple hasard du destin, un événement fortuit ou une exception aux lois de la physique.
 
Quel qu’en soit le point de vue, la survie incroyable d’un garçon de neuf ans en 2010 en Libye, lors d’un accident d’avion, vient rajouter un autre nom supplémentaire à cette petite liste d’individus rescapés d’une catastrophe aérienne coutant par ailleurs la vie à tous les autres passagers.
 
Le garçon, Ruben van Assouw, a subi de multiples fractures lorsque l’avion dans lequel il se trouvait avec sa famille s’est écrasé à l’aéroport international de Tripoli, tuant tous les autres passagers et les membres d’équipage.
 
Le président du Parlement européen, Jerzy Buzek, faisait partie de ceux qui ont qualifié la survie du garçon, de « miracle ».

Bien que ses blessures aient nécessité une longue hospitalisation, le jeune Ruben devrait finir par se rétablir complètement.
 
Au cours de l’histoire relativement courte de l’industrie de l’aviation, le nombre total de personnes ayant survécu seul à de telles catastrophes varie légèrement, cependant l’événement est si rare que ce nombre est de l’ordre de quelques dizaines de personnes.
 
Dans la plupart des cas on attribue ces survies à des circonstances exceptionnelles.
 
Il y a des milliers d’années, un petit groupe de huit personnes a survécu à un événement horrible, le plus grave des désastres qu’a pu connaître notre Histoire. Leur survie peut certainement être attribuée à des circonstances exceptionnelles.
 
Alors que toutes les créatures vivantes du monde entier étaient détruites par le déluge, notre verset du jour rapporte qu’« il ne resta que Noé, et ceux qui étaient avec lui dans l’arche ».
 
En sécurité à l’intérieur de l’arche que Dieu lui avait ordonné de construire, cet homme juste, et sa famille ont été préservés par la miséricorde et la grâce de Dieu.
 
La miséricorde de Dieu s’était étendue à tous sur la terre. Lorsqu’Il résolut de détruire l’Homme et tous les êtres vivants à cause des péchés odieux des hommes, Il ne le fit pas immédiatement.
 
Pendant 120 ans, les gens ont entendu Noé leur parler du jugement imminent de Dieu, mais ils n’ont pris aucune mesure pour atténuer la juste colère de Dieu.
 
Même après que Noé et sa famille soient entrés dans l’arche, leur lieu de sécurité et de salut, Dieu a attendu sept jours avant d’envoyer la pluie.

Cependant, le jugement tomba finalement et toute l’humanité périt, à l’exception de Noé et de sa famille.
 
Nous ne saurons probablement jamais pourquoi le jeune Ruben a été épargné. Cependant, nous savons pourquoi Noé et sa famille ont survécu : c’est parce que Noé était juste et qu’il croyait et obéissait à Dieu. Ce sont des attributs inestimables !
 
Soyons déterminés à suivre Dieu et à croire à Sa Parole. Si nous le faisons, nous serons épargnés lors du jugement qui viendra un jour sur ce monde.
 
 
CONTEXTE
 
Ce texte relate l’entrée de Noé dans l’arche avec sa famille, celle des couples de toutes sortes d’animaux (versets 7-9), la chronologie du déluge (versets 10-24) et les événements qui ont immédiatement suivi (chapitre 8).
 
La pluie, associée à des incalculables volumes d’eaux souterraines, a apporté un désastre à la population pécheresse, un jugement universel de Dieu sur une société universellement méchante.
 
Le verset 7 : 20 indique que l’eau s’est élevée de 15 coudées, soit environ 6,7 mètres. La chronologie du Déluge révèle que la période de temps entre le début de la pluie et le retour au sec (Genèse 8 :14) fut de 371 jours.
 
Les « montagnes d’Ararat » (verset 4) où l’arche s’est immobilisée sont considérées par la plupart des chercheurs comme faisant référence à une chaîne de montagnes située dans l’est de la Turquie aux frontières de l’Iran, de l’Arménie et du Nakhitchevan.
 
La chaîne se trouve dans l’ancien territoire d’Urartu (Ararat est le nouveau nom arménien d’Urartu), une région qui couvre des milliers de kilomètres carrés et compte des centaines de montagnes.
 
Le mont Ararat, le plus haut sommet de cette chaîne, est une montagne volcanique d’une altitude de 5164,8 mètres ; il s’élève bien au-dessus des plaines environnantes, hautes de 600 à 900 mètres.
 
Lorsque Noé et sa famille ont quitté l’arche sur l’ordre de Dieu, Dieu a réitéré la directive initialement donnée à l’humanité (voir Genèse 1 : 28) à savoir « être féconds, se multiplier et remplir la terre ».
 
Il est à noter que la première action de Noé, après avoir été enfermé dans l’arche pendant plus d’un an, fut de construire un autel au Seigneur.
 
La déclaration selon laquelle « l’Eternel sentit une odeur agréable » indique que Dieu approuva l’action de Noé. Il y répondit par la promesse qu’Il ne perturberait plus jamais totalement les processus naturels de la vie sur Terre.
 
Cette déclaration de miséricorde comprenait la reconnaissance de la condition charnelle dans laquelle tous sont nés, « parce que les pensées du cœur de l’homme sont mauvaises dès sa jeunesse » (Genèse 8 :21).
 
En tant que descendants d’Adam, les huit individus qui avaient trouvé refuge contre le châtiment divin dans l’arche étaient aussi nés avec des natures pécheresses, et ainsi leurs descendants continueraient à faire preuve de charnalité.
 

REGARDER DE PLUS PRÈS
 
1.      Quel âge avait Noé lorsque le déluge commença ?
 
2.      Que révèle Genèse 8 :21 au sujet de la nature humaine ?
 
 
3.      Quel genre d’offrandes pouvons-nous faire au Seigneur ?
 
 
CONCLUSION
 
Nous devrions nous inspirer de toute la bienveillance que Dieu accorda au fidèle Noé et sa famille en vue de leur pourvoir un lieu sûr, afin de demeurer nous aussi fidèles et obéissants à Dieu.