DÉVOTION DU 14 OCTOBRE 2021 Lecture biblique : Exode 15 : 22-27 ; 16 1-36.

DÉVOTION DU 14 OCTOBRE 2021 Lecture biblique : Exode 15 : 22-27 ; 16 1-36.

octobre 14, 2021

Lecture biblique : Exode 15 : 22-27 ; 16 1-36.

«Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Égyptiens; car je suis l’Éternel, qui te guérit.»
(Exode 15:26).

Nous venions de nous installer, au bord du lac, dans le petit chalet douillet qui allait être le nôtre pour une semaine de bonheur.

Faisant fi de l’avertissement de nos parents, mon frère, ma sœur et moi, nous nous étions dirigés vers l’énorme tas de bois sur la plage.

Pourquoi ne pourrions-nous pas grimper sur les rondins ? Quel mal y aurait-il à le faire ? Pendant que nos parents se reposaient, nous avions un peu grimpé sur les bords.

Je n’oublierai jamais la peur qui avait saisi mon cœur lorsque j’avais entendu ma sœur crier.

Un regard sur le sang qui coulait d’une énorme entaille sur sa jambe m’avait fait courir sur le sable, plus vite que je n’avais jamais couru auparavant, pour appeler mes parents.

J’étais sûre que ma sœur allait se vider de son sang avant qu’ils ne puissent l’atteindre !

Ce ne fut pas le cas. Mes parents étaient venus à la rescousse et après quelques points de suture et l’application d’un bandage important à l’hôpital local, ma sœur était de retour au chalet au bord du lac.

Mais ce jour-là, j’avais appris deux leçons importantes : écoutez ce que disent vos parents, et faites ce qu’ils vous disent de faire.

Dans le verset d’aujourd’hui, Dieu a donné aux enfants d’Israël des instructions qui tournent autour de ces mêmes deux pensées : « écoute » et « fais ce qui est droit. »

Si ces deux simples exigences étaient respectées, Dieu leur promettait de les épargner des maladies qui s’étaient abattues sur les Égyptiens.

L’obéissance à Dieu apportera Sa bénédiction !

Bon nombre des lois que Dieu a données aux enfants d’Israël étaient destinées à les préserver de la maladie et du mal.

Ils n’ont peut-être pas bien compris pourquoi Dieu a institué certaines de Ses exigences, tout comme mes frères et moi n’avions pas compris (à notre jeune âge) pourquoi il n’était pas sage de monter sur les troncs d’arbres sans surveillance.

Satan nous incite à être chaque jour négligents dans notre démarche d’obéissance à Dieu; il veut que nous pensions qu’il n’y a aucune raison de ne pas faire les choses à notre manière plutôt qu’à celle de Dieu.

Mais Dieu a assurément de bonnes raisons pour Ses commandements, et nous nous mettons en grand danger spirituel lorsque nous désobéissons, consciemment ou inconsidérément.

Avec vigilance, faisons de l’obéissance à Dieu une habitude de vie.

 

CONTEXTE

Bien que les enfants d’Israël aient murmuré et se soient plaints, Dieu a adouci l’eau de Mara pour eux et leur a fourni de la manne comme nourriture.

Après être arrivés sur la rive orientale de la mer Rouge, les Hébreux sont arrivés au désert de Shur. Comme le groupe comprenait des femmes, des enfants et du bétail, leur progression n’était pas rapide ; ils ont parcouru entre 48.2km et 72.4km) en « trois jours dans le désert ».

Lorsqu’ils arrivèrent à Mara (qui signifie « amer »), ils ne trouvèrent pas d’eau potable, aussi se plaignirent-ils.

Après avoir rendu l’eau douce (potable), Dieu a donné à Son peuple, « des lois et des ordonnances », une instruction à laquelle ils devraient se soumettre et une promesse de bénédiction s’il le faisait.

Leur prochain campement était à Élim, où il y avait des sources d’eau et des palmiers. On pense généralement qu’Élim était située dans l’actuel Wadi Garandel, une oasis située à environ 100 km au sud-est de Suez, en Égypte.

Dieu a continué à conduire le peuple vers le sud, le long de la péninsule du Sinaï. Un mois après avoir quitté l’Égypte, ils se sont plaints de la faim, et Dieu leur a fourni des cailles et de la manne.

Le terme manne provient probablement du mot hébreu: man hu qui signifie: « Qu’est-ce que cela ? », la question que les enfants d’Israël ont posée lorsqu’ils ont découvert la nourriture que Dieu leur avait miraculeusement fournie (Exode 16:15).

Les enfants d’Israël ont été nourris par cet apport divin pendant quarante ans. Selon Josué 5:12, la fourniture de la manne n’a pas cessé jusqu’à ce qu’ils entrent dans le pays de Canaan.

La manne présentait un certain nombre de caractéristiques uniques qui prouvaient sa nature miraculeuse. Elle n’est apparue que lorsque Dieu a demandé à Moïse de dire au peuple que le « pain » serait fourni « à satiété » le jour suivant.

Elle tombait six jours par semaine en quantité suffisante pour nourrir environ trois millions de personnes. Toute manne conservée pendant la nuit développait des vers et puait, à l’exception de la portion de deux jours qui était récoltée la veille du sabbat.

La manne fondait au soleil, de sorte que l’obtention de la nourriture du jour exigeait une diligence précoce de la part du peuple. Elle pouvait être cuite au four ou bouillie.

Dieu fixait une taille de portion et ordonnait de recueillir un omer de manne pour chaque personne. On pense qu’un omer équivalait à environ trois à six pintes(1.7 à 3.4 litres) .

Les instructions simples de Dieu concernant la manne étaient un test : « afin que je le mette à l’épreuve, et que je voie s’il marchera, ou non, selon ma loi. »
Exode 16:4).

Beaucoup ont échoué à l’épreuve et ont laissé Dieu poser la question suivante : « Jusques à quand refuserez-vous d’observer mes commandements et mes lois? »(Exode 16:28).

L’observance du sabbat comme jour de repos était impossible pour les enfants d’Israël quand ils étaient esclaves.

Dieu s’est servi de la manne pour enseigner à Son peuple qu’Il voulait qu’il observe le sabbat d’une manière particulière.

Ils devaient réserver un jour par semaine pour le repos et le culte.

 

REGARDER DE PLUS PRÈS

1. Quelle a été la réaction immédiate des enfants d’Israël face à leurs difficultés ?

2. Qu’auraient dû faire les enfants d’Israël lorsqu’ils n’avaient plus d’eau ou qu’ils étaient confrontés à une pénurie de nourriture ?

3. Lorsque des difficultés surviennent, comment devons-nous réagir ?

 

CONCLUSION

Si nous voulons que Dieu prenne soin de nous, nous devons L’écouter et obéir à Ses directives.

En bref, nous devons « écouter » et « faire ce qui est droit ».