DÉVOTION DU 10 DÉCEMBRE 2020

DÉVOTION DU 10 DÉCEMBRE 2020

décembre 10, 2020

Lecture biblique: Lévitique 23: 1-44
«L’Éternel parla à Moïse, et dit: Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras: Les fêtes de l’Éternel, que vous publierez, seront de saintes convocations. Voici quelles sont mes fêtes.»
(Lévitique 23: 1-2)

J‘adore les vacances! Vers le 1er septembre, je commence déjà à penser aux fêtes d’actions de grâces et de Noël.Autour de notre maison, ce sont des moments précieux où nous nous réunissons avec nos bien-aimés, et nous revenons sur les bénédictions de Dieu sur nous, au cours de l’année écoulée.

Une grande partie du plaisir réside dans l’anticipation et la planification!

Nous discutons de qui sera invité au dîner pendant la fête des actions de grâces, où l’événement aura lieu, et ce qui sera servi (le menu doit inclure la vinaigrette spéciale de papa et les patates douces de maman, mais nous sommes aussi disposés à négocier sur le reste du menu! )

Vers octobre, nous commençons à fabriquer des cartes de Noël à envoyer à des amis qui habitent loin.

Début novembre, une grande partie de notre temps «libre» se concentre sur la finition des cadeaux faits à la main.

Le mois de décembre tourne autour de la cuisson de ces biscuits spécialement décorés pour les Fêtes, de l’emballage soigneux des cadeaux que nous allons offrir, de la sélection et de la décoration du sapin de Noël parfait, et la répétition des programmes spéciaux à l’église.

Le sens littéral du mot vacances est «jour saint». Les vacances d’Israël étaient différentes de celles des nations qui les entouraient.

Elles ont été ordonnées par Dieu et étaient des moments de célébration et d’actions de grâces, et non des temps de dépravation morale comme dans les nations païennes qui les entourent.

L’intention de Dieu était que les gens utilisent ces occasions spéciales comme un moment où ils se réuniraient pour se reposer, se rafraîchir et se souvenir avec un cœur reconnaissant de tout ce qu’Il avait fait pour eux.

L’obéissance aux commandements de Dieu (dont celle d’observer les fêtes prescrites par Dieu) assurait de futures bénédictions aux enfants d’Israël.

En tant que chrétiens, nous devons également prendre le temps de nous souvenir de ce que Dieu a fait pour nous.

Même si nous n’observons pas les mêmes fêtes annuelles qu’Israël célèbre, nous pouvons célébrer la naissance de Jésus à Noël et Sa résurrection à Pâques.

Nous pouvons participer à l’ordonnance du Repas du Seigneur, que Christ a dit à Ses disciples de continuer à observer en souvenir de Sa mort.

On peut en apprendre beaucoup sur une famille ou une culture en observant les fêtes qu’elle célèbre et la façon dont elle les célèbre.

Prenez note de vos traditions de vacances personnelles. Que disent-elles de vos valeurs?

Prenez-vous aussi ces moments de commémoration au sérieux que les juifs orthodoxes prennent leurs fêtes juives au sérieux?

Nous avons tant de choses pour lesquelles être reconnaissants.

Assurez-vous de faire savoir à Dieu à quel point vous appréciez Sa provision pour vous.

Contexte

Ce chapitre enseigne à Israël les fêtes du Seigneur, observances qui devaient être une partie importante de la culture et du culte d’Israël.

Le mot fêtes signifie «temps fixés». Les mots sainte convocation apparaissent dix fois dans notre texte et signifient «une proclamation ou une annonce».

Les versets 1 à 3 traitent du jour du sabbat hebdomadaire. C’était un jour qui offrait le repos nécessaire au peuple, aux animaux et à la terre, et les Israélites devaient l’honorer.

En consacrant un jour par semaine au repos et à l’adoration, ils ont témoigné aux autres nations autour d’eux qu’ils appartenaient au Seigneur.

Déshonorer le jour du sabbat était une offense grave et aboutissait à être retranché du peuple.

Les sept suivantes fêtes décrites étaient des fêtes annuelles.

La première fête était la Pâque, qui commémorait l’époque où le sang d’un agneau avait préservé la vie de leur premier-né, et la délivrance des Israélites de la servitude égyptienne.

Elle commence l’année du festival au début du printemps et dure une journée.

Dieu a assigné la date au quatorzième jour du premier mois sur la base d’un calendrier lunaire qui utilisait les phases de la lune.

Chaque mois commence par une nouvelle lune, atteignant une pleine lune au milieu d’un cycle de 28 jours.

La Pâque tombe toujours à la première pleine lune du printemps, et c’est pourquoi la date de Pâques change chaque année; elle coïncide toujours avec la Pâque.

La fête des pains sans levain était la deuxième fête de l’année. Elle commence le quinzième jour du premier mois et dure sept jours.

Le levain dans la Bible symbolise le péché, et les Israélites ne devaient pas manger du levain pendant cette fête. Manger du pain sans levain représentait une sainte marche.

Le troisième festival était la fête des prémices. Cette fête durait un jour et était célébrée le lendemain du sabbat pendant la fête des pains sans levain.

Les Juifs devaient apporter les premières des récoltes de leur plantation printanière au sacrificateur du Temple pour être agitées devant le Seigneur en leur nom pour remercier Dieu pour la fertilité de la terre.

La quatrième fête était la Pentecôte. Elle marque le début de la récolte d’été et a lieu un dimanche, sept semaines (ou cinquante jours) après la fête des prémices. Cette fête était de remercier Dieu pour une récolte abondante.

La fête des trompettes était la cinquième fête de l’année. Cela se passe le premier jour du septième mois (en septembre).

Ce jour-là, les Juifs devaient exprimer leur reconnaissance à Dieu en sonnant des trompettes et en offrant un holocauste au Seigneur.

Les trompettes étaient faites de cornes de bélier et certaines des trompettes spéciales étaient en argent.

À d’autres occasions, le souverain sacrificateur sonnait de la trompette appelant les agriculteurs à venir au Temple pour les services d’adoration.

Le Jour des Expiations était le sixième festival à être célébré. Cela se produit le dixième jour du septième mois et représentait l’expiation du péché des Juifs et de leur nation, et le rétablissement de leur communion avec Dieu.

Ce jour-là, le souverain sacrificateur entre dans le sacré Saint des Saints où Dieu Lui-même habitait.

Le souverain sacrificateur offrirait d’abord un sacrifice pour lui-même, puis il ferait un sacrifice au nom de tous les Israélites.

Il est toujours considéré comme le plus sacré des jours saints en Israël aujourd’hui.

Pour la moindre violation comme travailler ce jour-là (soulever quelque chose de trop lourd ou marcher trop longtemps), une personne pourrait être retranchée et ne plus être admissible à la rédemption.

Ce temps de confession devait durer vingt-quatre heures (Lévitique 23:32). Pendant cette période de vingt-quatre heures, les Israélites confessaient leurs péchés de l’année précédente.

La Fête des Tabernacles commence le quinzième jour du septième mois et dure sept jours.

Elle consistait à célébrer la protection et la provision de Dieu dans le désert.

Les Israélites devaient construire des «tentes» ou des abris en dehors de leurs maisons où ils habiteraient pendant sept jours.

Ces tentes devaient être fabriquées à l’aide de branches d’arbres. Au cours de cette fête, les Israélites ont reçu également l’ordre d’offrir chaque jour un holocauste au Seigneur.

Toutes ces fêtes étaient considérées comme saintes pour le Seigneur, et Israël devait les observer chaque année.

Aujourd’hui, les juifs orthodoxes veillent toujours à ce que ces fêtes soient célébrées.

Regarder de plus près

Quel mot Dieu a-t-Il utilisé en relation avec le sabbat, et quelle interdiction a-t-Il faite dans ce chapitre concernant ce jour spécial?

Pourquoi pensez-vous que Dieu était si catégorique sur le fait qu’Israël devait observer ces fêtes chaque année ainsi que le sabbat hebdomadaire?

Que pouvons-nous faire pour rendre le jour du Seigneur et la participation à la Sainte Cène plus significatifs?

Conclusion

Les fêtes que Dieu a prescrites aux enfants d’Israël devaient être des moments où ils se souviendraient de Sa provision et Lui donneraient honneur pour cela.

Mettez-vous de côté des moments de votre vie où vous donnez à Dieu la louange qu’Il mérite pour avoir pourvu à vos besoins?