DÉVOTION 2021 DU 26 FEVRIER Lecture biblique: Matthieu 5: 17-48

DÉVOTION 2021 DU 26 FEVRIER Lecture biblique: Matthieu 5: 17-48

février 26, 2021

Lecture biblique: Matthieu 5: 17-48
«Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande.» (Matthieu 5: 23-24)

Un missionnaire en Chine: Jonathan Goforth, cherchait le secret du réveil spirituel.

Au cours de ses recherches, il est tombé sur une déclaration de l’évangéliste Charles Finney, qui a déclaré qu’il était inutile pour les chrétiens d’attendre un réveil en le demandant simplement sans se soucier de respecter les lois qui régissent la bénédiction spirituelle.

Dès que Goforth a lu ces mots, il a dit: «Si Finney a raison, alors je vais découvrir ce que sont ces lois et leur obéir, peu importe ce que cela coûte. »

La toute première loi qu’il découvrit était celle à laquelle il n’était pas prêt à obéir: qu’il était nécessaire que la réconciliation ait lieu avant que Dieu puisse bénir.

Goforth comprit qu’il avait besoin de se réconcilier avec un collègue missionnaire avec lequel il avait eu un différend.

Il a d’abord hésité, mais a constaté que Dieu l’a lié à cette loi jusqu’à ce qu’il obéisse.

Quand il a fait ce que la Parole de Dieu lui avait ordonné, les nuages ​​ont disparu et le réveil a inondé sa vie et celle de tous ceux avec qui il entre en contact.

Comme Jonathan Goforth, il est facile pour nous de vouloir que Dieu bénisse nos vies et travaille à travers nous.

Cependant, il peut ne pas être aussi facile de permettre à Dieu de travailler dans notre vie jusqu’à ce que nous soyons qualifiés pour qu’Il nous utilise.

Nous ne pouvons pas changer les motifs de notre cœur; cela doit être fait par Dieu lorsque nous nous soumettons à Lui, et Lui demandons de faire le travail en nous.

L’obéissance, par contre, est quelque chose que nous faisons nous-mêmes. Nous faisons le choix de suivre les instructions de Dieu ou non.

Notre verset de réflexion, ainsi que le reste du sermon du Christ sur la montagne, est rempli d’instructions pratiques.

Parfois, nous pourrions être tentés d’oublier comment cela s’applique à nos propres vies.

Cependant, si nous permettons à Dieu de nous montrer où nous devons monter, Il nous aidera à régler les différends avec les autres, à nous mettre rapidement d’accord avec nos adversaires, à tendre l’autre joue et à suivre Ses autres commandements.

Y a-t-il quelque chose dans votre vie que Dieu veut que vous corrigiez?

Agissez et obéissez à Dieu aujourd’hui. Alors voyez comment Il ravivera et bénira votre âme!

Contexte

Après avoir jeté les bases de Son sermon sur la montagne à travers la déclaration sommaire des béatitudes, dans le texte d’aujourd’hui, Jésus a commencé à montrer la supériorité de Son message sur celui de la loi de Moïse.

Jésus a précisé qu’Il n’est pas venu pour contredire ou abolir l’ancienne loi. Il est venu en tant que justice de Dieu dans la chair humaine.

Il est venu non seulement avec l’instruction de faire ce qui est justice, mais aussi avec la capacité de donner à l’humanité le pouvoir d’être juste.

Il a non seulement rappelé à Ses auditeurs ce que disait la loi, mais Il a aussi fait un pas de plus dans le fond et la disposition du cœur.

La loi était exigeante sur ce qu’elle disait. Cependant, les enseignements de Jésus sont infiniment plus exigeants; car ils concernent notre nature et notre caractère.

Il a enseigné que Ses disciples doivent non seulement agir avec justice, mais doivent «dépasser la justice des scribes et des pharisiens» pour entrer au ciel.

Nous devons être justes en esprit, en cœur et en tempérament. Sans un miracle dans le cœur de l’homme, les instructions du message du Christ ici sont absolument impossibles à exécuter.

Plusieurs fois dans ce texte, Jésus a révélé la profondeur de la justice que Dieu exige du cœur humain.

Jésus est l’accomplissement de la justice que Dieu exige. Par conséquent, Lui seul est devenu la porte par laquelle tous les hommes doivent passer pour entrer dans la vraie justice.

Notre seul espoir de voir réalisé dans nos vies la justice révélée dans ce texte, est de participer à la nature du Christ.

Aux versets 21 à 48, Jésus donne une série de six enseignements illustrant les différences entre la Loi et les attitudes intérieures du cœur qui sont désirées par Dieu. Ce sont :

• La loi relative au meurtre qui forme un contraste avec l’attitude intérieure de quiconque se met en colère contre son frère (versets 21-26)

• La loi sur l’adultère qui forme un contraste avec l’attitude intérieure de quiconque regarde une femme pour la convoiter (versets 27-30)

• La loi relative au divorce qui entre en contraste avec l’attitude intérieure d’engagement, d’exposer une femme à devenir adultère (versets 31-32)

• La loi sur la prestation de serment contrastait avec l’attitude intérieure à dire la vérité (versets 33-37)

• La loi concernant les représailles contrastait avec l’attitude intérieure à pardonner (versets 38-42)

• La loi concernant: « haïr son ennemi » contraste avec l’attitude intérieure à aimer son ennemi (versets 43-48)

Ces exemples révèlent comment fonctionne le véritable caractère chrétien.

Plutôt que de suivre un ensemble de commandements pour réguler le comportement, l’homme peut changer sa nature intérieure afin que les bonnes actions soient la réponse naturelle qui jaillit du cœur.

Dieu exige un niveau élevé de sainteté, mais Il donne le pouvoir de vivre comme Il le commande.

Il y a eu beaucoup de débats sur: « Qui est Jésus».

Dans la foule qui l’entendait parler, il y avait souvent un mélange de ceux qui Le rejetaient et de ceux qui croyaient en Lui.

Aujourd’hui aussi, ceux qui entrent en contact avec Son message doivent choisir d’accepter ou de rejeter le changement de cœur qu’Il propose.

Regarder de plus près

Qu’est-ce que Jésus a dit qu’une personne devrait faire si elle sait que quelqu’un a quelque chose contre lui?

En se référant aux versets 29-30 de notre texte, quelles pourraient être certaines des choses qui pourraient être pour nous une occasion de chute ou une gêne ?

Dans quel sens Jésus disait-Il que nous devrions être «parfaits, comme votre Père céleste est parfait»?

Quelles sont les étapes que nous devons suivre pour développer une soif pour la justice?

Conclusion

Le Christ n’est pas venu se sacrifier pour faire de nous de meilleures personnes.

Il est venu pour que nous puissions mourir avec Lui, afin que Sa vie brille sans entrave à travers nous pour atteindre un monde mourant.