DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

août 23, 2020

Lecture biblique : Psaumes 144: 1-15; 145:1-21; à 146: 1-10.
«Heureux le peuple pour qui il en est ainsi! Heureux le peuple dont l’Éternel est le Dieu! » (Psaume 144: 15)

Quand j’étais petite fille, ma mère lisait souvent à haute voix des fragments de lettres qu’elle recevait de sa famille de New York.Chaque fois qu’elle envoyait une photo de nous, une lettre lui revenait toujours disant à quel point nos parents éloignés étaient impressionnés par le fait que chaque photo était remplie de visages souriants.

À chaque fois, j’attendais que cette partie de la lettre soit lue, puis je demandais: «Pourquoi sourions-nous toujours sur nos photos?» Ma mère riait et disait: «C’est parce que nous aimons Jésus et qu’Il est notre Sauveur.»

Il y a quelque temps, j’ai reçu une carte de ma banque. Je m’interrogeai brièvement sur l’enveloppe avant de l’ouvrir, car mon anniversaire était déjà passé et Noël était dans quelques mois.

À l’intérieur, j’ai trouvé cette note: «Merci d’être un client souriant et heureux. Ce sont des gens comme vous qui rendent mon travail formidable! »

Cela m’a rappelé ces lettres de la part de la famille.

En tant que chrétiens, nous sommes un peuple béni. Bien sûr, nous savons que les non-croyants peuvent être aussi heureux. Ils peuvent sourire devant la caméra, rire des blagues et s’amuser. Mais les disciples du Christ ont une joie profonde qui n’est pas liée aux circonstances.

Nous avons le merveilleux amour de Dieu dans nos cœurs; Sa paix qui coule à travers nous et la réalité de Sa présence qui nous entoure à chaque instant de la journée, constituent quelque chose qui nous amène à sourire à tout moment!

Dans le psaume 144, David a contemplé les bénédictions qui viennent à une nation ou une société fondée sur le roc solide, des enseignements de Dieu.

Il a peint une image de «greniers» pleins (bacs de stockage), de troupeaux de brebis et de bœufs qui constituent toutes des images qui auraient été familières dans une société agricole où la prospérité était mesurée en termes de cultures et de bétail.

Cependant, le principe que le psalmiste a exprimé dans notre verset central est également applicable aux individus.

Ceux d’entre nous, «dont l’Éternel est le Dieu!», sont sans aucun doute bénis!

Bien que nos bénédictions ne puissent pas être mesurées par des récoltes pleines et des troupeaux en constante expansion, Dieu remplit nos vies d’innombrables avantages, et cela devrait se refléter dans notre attitude joyeuse envers la vie et ceux qui nous entourent.

Certes, des défis se présenteront, et qui pourraient menacer de nous faire oublier nos sourires.

Pendant de telles périodes, nous devons nous concentrer sur nos bénédictions.

Nous pouvons tous, trouver des choses pour lesquelles nous sommes reconnaissants si nous regardons en arrière à travers les pages de nos vies!

N’oubliez pas que les gens nous regardent.

Aujourd’hui, comment va ton sourire? A-t-il été absent pendant un certain temps?

Essaie de louer l’Eternel et de réfléchir à Sa présence aimante dans ta vie. D’autres remarqueront et seront attirés vers le Dieu que tu sers.

Contexte

Psaumes 144

Le psaume 144, qui attribue à Dieu la seule source de victoire et de délivrance, est attribué à David.

Cependant, ce psaume a probablement été compilé à partir d’autres écrits davidiques; il ressemble beaucoup au Psaume 18 et comprend des citations des Psaumes 8, 33 et 102-104.

Classé parmi les psaumes royaux, le psaume 144 traite des problèmes de la vie nationale. Il présente certaines des conditions morales et spirituelles auxquelles les nations et les individus doivent adhérer s’ils désirent la bénédiction de Dieu.

Basé sur les versets 7, 8 et 11, le décor était apparemment un moment où Israël tentait de repousser une invasion étrangère.

La guerre est un thème important dans le livre des Psaumes, et le Psaume 144 en est un exemple.

La référence au verset 1 à l’Éternel Dieu d’Israël qui «exerce mes mains au combat, Mes doigts à la bataille,» était probablement une référence à l’utilisation d’un arc comme arme.

Dans le verset suivant, les métaphores d’une «forteresse», d’une «haute tour», d’un «libérateur» et d’un «bouclier» sont toutes indicatives d’une guerre dans un pays rocheux et montagneux.

Le mot hébreu «metsudah» traduit par «forteresse» dans ce verset est traduit par «tenir» dans 1 Samuel 24:22 et 1 Chroniques 12: 8, et peut avoir été une référence à la forteresse de Massada, une ancienne fortification située à environ plus de trois kilomètres du côté ouest de la mer Morte.

Aux versets 7-8, David a supplié Dieu de le délivrer de son flot de troubles et d’ennemis étrangers.

La «droite est une droite mensongère.» implique de faire un faux serment et dépeint la tromperie des ennemis de David.

Les versets 11-15 concernent le bien-être d’une nation «dont l’Éternel est Dieu», et établissent que la bénédiction de Dieu sera évidente dans les attributs des fils et filles de la nation, et dans la prospérité temporelle attestée par des endroits de stockage pleins et des troupeaux en expansion.

Psaumes 145

Le psaume 145, le dernier psaume davidique, proclame que Dieu est Roi, et que Sa domination dure à travers toutes les générations.

C’est le seul psaume de David à avoir reçu la suscription «psaume de louange».

C’est le psaume acrostiche final du Livre des Psaumes, ce qui signifie que chaque verset commence par une lettre subséquente de l’alphabet hébreu. (Dans ce psaume, comme dans plusieurs autres, la forme acrostiche est incomplète; une lettre manque.)

Ce psaume est identifié comme un type d’hymne impératif, ce qui signifie que la communauté appelle tous ses membres à louer le Seigneur pour Ses actes de bonté.

Dans le culte juif, cette chanson est utilisée dans les prières quotidiennes, étant lue deux fois le matin et une fois le soir.

Les derniers versets affirment que parce que Dieu sauvera ceux L’aiment et détruira ceux qui sont méchants, chacun doit être persuadé de «bénir Son saint nom pour toujours et à Perpétuité ».

Psaumes 146

Les psaumes 146-150 sont connus sous le nom de psaumes d’alléluia, car chaque psaume commence et se termine par la phrase: «Louez l’Éternel ».

L’expression hébraïque à partir de laquelle «alléluia» est traduit est hallelu-Yah, signifiant «Louez Yahvé».

Ces cinq psaumes ont été chantés pendant le culte du matin dans les synagogues juives pendant des siècles.

Le psaume 146 exhorte à se fier à Dieu plutôt qu’à l’homme. L’auteur est inconnu, tout comme la date de composition. Le psaume est classé comme un hymne de la congrégation.

Regarder de plus près

Dans le psaume 145, David a fait référence à plusieurs qualités de caractère de Dieu. Quels sont trois des attributs qu’il attribue à Dieu?

Pourquoi pensez-vous que David a décrit la grandeur de Dieu comme « insondable? » (Psaume 145: 3)

Comment la mise en garde du psalmiste dans Psaume 146: 3 s’applique-t-elle à nous aujourd’hui?

Conclusion

En tant que disciples du Christ, Sa joie doit rayonner de nous. Quand c’est le cas, les autres le remarqueront!