DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

août 21, 2020

Lecture biblique : Psaumes 137: 1-9; 138:1-8; 139: 1-24.
«Le jour où je t’ai invoqué, tu m’as exaucé, Tu m’as rassuré, tu as fortifié mon âme. » (Psaume 138: 3)

Notre fille n’avait que quelques semaines lorsqu’elle a été admise à l’hôpital avec une forte fièvre.Mon mari et moi avons espéré et prié que la cause soit un virus mineur et rapidement traité, mais ce n’était pas le cas.

Après une série de tests et de nombreuses heures anxieuses, nous avons appris que notre bébé était atteint du syndrome de rubéole congénitale. Elle était (comme ils l’appelaient à l’époque), un «bébé rubéole».

En effet, j’avais en quelque sorte contracté la rubéole pendant que je la portais dans mon ventre, et je la lui avais transmise avant sa naissance.

Les médecins nous ont dit que le syndrome peut entraîner un certain nombre de maladies graves incurables, notamment la surdité, les anomalies oculaires, les maladies cardiaques et les troubles mentaux.

Dans le cas de notre bébé, la manifestation initiale était la méningite spinale. Nous ne savions pas ce que l’avenir nous réservait quant aux autres effets secondaires possibles.

Le diagnostic de notre bébé a commencé la période difficile de notre vie.

Au cours de mes déplacements quotidiens à l’hôpital, j’ai réalisé que je ne pouvais rien faire personnellement pour faire disparaître son état, mais j’ai continuellement demandé à Dieu de me rassurer.

Comme je me suis appuyée sur Lui pour me donner la force et le courage de faire face à tout ce qui nous attend nous et notre bébé!

Quand je lis le verset de réflexion d’aujourd’hui, je pense à cette période de notre vie, car Dieu nous a certainement fortifiés.

Lors d’un déplacement à l’hôpital, je me souviens comment le Seigneur m’a rappelé une chanson qui parlait des soins de notre Père céleste et de la façon dont Il veille sur nous comme une mère veille tendrement sur son bébé.

Tandis que mon mari et moi ne pouvions pas faire grand-chose pour notre petite fille, c’était un réconfort de savoir que Dieu veillait sur elle!

Plus de trente ans plus tard, je regarde notre belle fille en bonne santé et je sais qu’elle est notre miracle.

Dieu a entendu nos prières et celles de la famille de Dieu qui avait également prié pour notre petite. Il l’a touchée, et aujourd’hui il n’y a aucun effet résiduel des difficultés physiques qu’elle a eues en bas âge.

Lorsque nous faisons face à des périodes de crise dans notre vie, nous ne savons peut-être pas ce qui nous attend, mais notre Père céleste le sait. Nous pouvons Lui faire confiance!

Lorsque nous Lui crierons, Il répondra et fournira ce dont nous avons besoin.

Quelle assurance de savoir que nous ne sommes jamais seuls et que nous pouvons toujours tendre la main à Celui qui attend pour nous donner un coup de main!

Contexte

Psaumes 137

Le psaume 137 a probablement été écrit pendant la captivité babylonienne.

Alors que certains étudiants de la Bible considèrent ses neuf versets comme prophétiques et attribuent la paternité à David, la plupart concluent que les mots exprimaient un chagrin exilique.

L’auteur s’est engagé à ne jamais oublier Jérusalem et a plaidé pour que Dieu rende un jugement sur les ravisseurs d’Israël.

Les versets 1-2 du Psaume 137 décrivent les exilés qui se rassemblent près des fleuves de Babylone pour pleurer leur absence de Jérusalem.

Les harpes étaient utilisées pour le culte du Temple, et les captifs les avaient peut-être amenés à Babylone dans l’espoir de trouver du réconfort dans la musique.

Cependant, leur chagrin était trop accablant, alors ils les ont accrochés aux branches des saules.

Les versets 3-4 impliquent à la fois l’insulte d’être pillé par les Babyloniens et les railleries des oppresseurs exigent que les exilés chantent les chants de Sion qui étaient réservés au culte du Temple, une action que les exilés auraient considérée comme blasphématoire.

Le ton lugubre des six premiers versets change brusquement au verset 7 et devient une accusation féroce des ennemis d’Israël.

Bien qu’Edom n’ait pas participé à la conquête babylonienne, ils se sont réjouis de la destruction de Juda, et le psalmiste a imploré Dieu de ne pas oublier.

Psaumes 138

Le psaume 138 est une chanson d’action de grâce attribuée à David. Il transmet des louanges à la fois individuelles et universelles et se termine par une déclaration d’assurance que Dieu délivrerait en temps de détresse.

Aux versets 1 à 3, David a juré que «devant les dieux», il chanterait la louange au vrai Dieu. Le mot «dieux» a été interprété de diverses manières.

Certaines premières traductions de la Bible donnent le mot «anges». D’autres utilisent le mot «juges» ou «rois».

Peut-être que la résolution du psalmiste était de louer le vrai Dieu aux yeux de ceux qui adoraient les idoles païennes.

Étant donné que le Temple n’avait pas encore été construit à l’époque de David, le «temple sacré» peut avoir fait référence au Tabernacle, signifiant le lieu où la présence de Dieu habitait.

Les versets 4-5 déduisent que lorsque les rois de la terre apprendront les œuvres merveilleuses de Dieu envers Israël, ils Le loueront et chanteront Ses merveilles.

Certains étudiants de la Bible croient que l’accomplissement ultime de ce verset est de nature prophétique, indiquant le moment où tous les dirigeants du monde adoreront Christ pendant le règne millénaire.

Psaume 139

Le psaume 139 est considéré comme l’un des plus beaux psaumes de David. Il dépeint magnifiquement l’omniscience de Dieu (connaissance universelle), l’omniprésence (présence universelle), l’omnipotence (puissance universelle) et le désir du psalmiste d’être en harmonie avec Dieu.

Aux versets 7-12, David a souligné la futilité d’essayer d’échapper à l’omniscience ou l’omniprésence de Dieu.

Les mots «ciel» et «enfer» au verset 8 désignent les cieux au-dessus ou les profondeurs des morts en dessous, et en déduisent que ni l’un ni l’autre ne sont une cachette pour Dieu.

Dans le verset 9: «Si je prends les ailes de l’aurore», est une image figurative de voler vers les océans les plus éloignés aussi rapidement que la lumière du matin se déplace dans le ciel.

Les versets 13 à 16 sont un indicateur clair que Dieu dirige la création de la vie dans l’utérus du stade embryonnaire non perfectionné jusqu’au moment de la naissance.

Le mot hébreu traduit par: « reins » au verset 13 signifie littéralement «reins» et était utilisé poétiquement pour signifier la nature intérieure.

Le mot couvert pourrait être traduit par «tissé» et indique que Dieu tricote l’enfant à naître dans l’utérus.

Aux versets 19-22, David a affirmé sa haine pour le mal et ceux qui méprisaient et blasphémaient Dieu.

Les «Hommes de sang» sont ceux qui ont commis des meurtres violents. La «parfaite haine» indiquait une horreur absolue de toutes les actions des méchants.

Le psaume se termine par la belle prière de David selon laquelle Dieu sondera son cœur et révélera tout ce qui l’empêcherait de suivre «la voie de l’éternité! »

Regarder de plus près

Dans Psaume 137: 3, quelles sont les deux choses que les ravisseurs exigeaient des exilés?

La pratique de l’avortement est un mal qui a coûté la vie à des millions de bébés innocents. Que nous enseigne Psaume 139: 13-16 sur la manière dont Dieu considère la vie?

Psaume 138: 8 contient deux déclarations de confiance. En quoi ces déclarations nous réconfortent-elles et nous encouragent-elles?

Conclusion

Si nous faisons confiance à Dieu de tout notre cœur, nous pouvons avoir la foi qu’Il nous entendra lorsque nous L’appelons, et Il nous donnera la force de faire face à chaque épreuve qui se présente à nous.