DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

août 6, 2020

Lecture biblique : Psaume 105: 1-45
«Glorifiez-vous de son saint nom! Que le cœur de ceux qui cherchent l’Éternel se réjouisse! Ayez recours à l’Éternel et à son appui, Cherchez continuellement sa face! » (Psaume 105: 3-4)

Parfois, la recherche devient une priorité urgente.Récemment, quand je suis rentré à la maison un soir, ma femme m’a accueilli en me disant: «J’ai de mauvaises nouvelles pour toi.»

(Un mari adore entendre ça!)

Elle a poursuivi: «J’ai perdu une aiguille aujourd’hui. Je pense que c’est quelque part dans la chambre principale… de ton côté du lit. Cela peut être sur le lit, sur la chaise où tu lis ou par terre. Je l’ai cherché, mais je ne l’ai pas trouvée!»

Eh bien, c’était bien qu’elle ait cherché l’aiguille, mais j’ai décidé de la trouver. Je n’allais pas attendre de la localiser dans mon pied nu!

Je suis allé dans la chambre et j’ai commencé ma recherche, en descendant soigneusement le bord du coussin de ma chaise. Pas d’aiguille. Je passai doucement la main sur la couverture du lit. Pas d’aiguille.

Finalement, je suis allé au garage et j’ai pris une lampe de poche, puis j’ai posé mon nez sur le tapis tout en faisant briller la lumière par-ci, et par-là. Cela a pris un certain temps, mais enfin une lueur a attiré mon attention. J’avais trouvé l’aiguille!

Dans nos versets de réflexion, le psalmiste nous demande de «chercher l’Eternel. »

Dans le langage courant d’aujourd’hui, chercher signifie «aller à la recherche de». Dans l’hébreu original, le mot traduit par chercher signifie «demander». Les deux définitions sont appropriées, et dans les deux cas, il y a un sentiment de nécessité d’investir des efforts avec diligence.

Nous ne cherchons pas Dieu parce qu’Il se cache ou qu’Il essaie de s’éloigner de nous.

Dans un sens, nous sommes toujours en présence de Dieu parce que si nous sommes Ses enfants, Il a dit qu’Il ne nous délaisserait point, ni ne nous abandonnerait point .

Nous nous mettons à chercher Dieu car il y a de nombreuses distractions dans le monde qui nous entoure.

Il est facile de se laisser distraire par les devoirs et les détails qui occupent notre temps et de négliger l’opportunité, la nécessité primordiale de s’approcher de Dieu et de communiquer avec Lui.

L’ennemi de nos âmes essaiera de nous gêner, et un domaine sur lequel il travaille est notre vie de prière. Cependant, nous pouvons l’emporter! Nous pouvons chercher le Seigneur de tout notre cœur.

Il y a une grande bénédiction à chercher Dieu. Le psalmiste a dit: «Que le coeur de ceux qui cherchent l’Éternel se réjouisse! »

Se réjouir est le résultat naturel de la recherche de Dieu; même si rien ne change visiblement dans les circonstances qui nous entourent, Dieu promet qu’Il récompensera ceux qui cherchent continuellement sa face.

Cherchons aujourd’hui à trouver cet esprit de réjouissance tandis que nous nous appliquons à rechercher la face de Dieu.

Contexte

Psaumes 105

Aucun auteur n’est cité pour le psaume 105. Cependant, au moins la première partie peut avoir été composée par David car les quinze premiers versets se trouvent également dans 1 Chroniques 16: 8-22, le psaume David livré à «Asaph et ses frères» le jour où l’Arche de l’Alliance fut retournée à la tente du Tabernacle à Jérusalem.

On ne sait pas si David a écrit le reste du psaume. Le psaume est sous la forme d’un hymne, et a probablement été utilisé pendant le culte dans le Temple.

Dans ce psaume, l’écrivain a démontré la fidélité de Dieu et Ses œuvres merveilleuses en racontant un récit historique de l’histoire d’Israël depuis l’époque d’Abraham jusqu’à la conquête de Canaan.

Les versets 7-22 concernent les patriarches. Dieu protégeait les patriarches bien qu’ils étaient peu nombreux et «étrangers» dans le pays de Canaan.

Quand le psalmiste a noté que Dieu «châtia des rois à cause d’eux» (verset 14), il faisait probablement référence à Pharaon (Genèse 12: 14-20) et Abimélec (Genèse 20: 1-16 et 26: 6-11).

Les versets 23-26 décrivent le séjour des Israélites en Egypte; le «pays de Cham» mentionné au verset 23 est une désignation poétique de l’Égypte.

Les versets 37-45 se concentrent sur l’Exode d’Egypte. «Et nul ne chancela parmi ses tribus» (verset 37) signifie qu’il n’y avait pas de traînards; pas un Israélite n’a été laissé en Egypte.

Le psalmiste n’a fait aucune mention dans ce psaume de l’infidélité d’Israël envers Dieu. La question de savoir pourquoi Dieu a longtemps souffert pour un peuple aussi rebelle se trouve dans le dernier verset: «Afin qu’ils gardassent Ses ordonnances, Et qu’ils observassent Ses lois.»

La méditation d’une telle miséricorde a conduit le psalmiste à conclure l’hymne par une expression d’action de grâce spontanée: «Louez l’Éternel! »

Regarder de plus près

Dans les versets 1 à 5, citez trois des instructions spécifiques que le psalmiste a données.

Une grande partie de ce psaume est un compte rendu des manières remarquables de Dieu dans l’histoire d’Israël.

Quelle est l’importance de raconter les bénédictions spirituelles du passé?

Nos versets centraux nous demandent de rechercher « continuellement » la face de Dieu. Dans la langue originale, ce mot implique à la fois «en continu pour une extension indéfinie» et «perpétuellement». Quelles sont les raisons pour lesquelles nous devrions chercher continuellement et perpétuellement la face de Dieu, même après avoir établi une relation personnelle avec Lui ?

Conclusion

En accordant une attention concentrée à l’apprentissage, à la connaissance, à la compréhension et à la communion avec Dieu, nous nous réjouirons en Lui.