DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

août 4, 2020

Lecture biblique : Psaumes 102: 1-28; 103: 22
«Mon âme, bénis l’Éternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits! » (Psaume 103: 2)

Comme il est facile d’oublier des détails qui étaient autrefois importants dans nos vies!

Il y a quelque temps, j’essayais de trouver des cartes que ma femme et moi avions emportées avec nous lorsque nous avons emménagé dans notre maison actuelle.

En les recherchant boîte après boîte, c’était comme regarder une fouille archéologique de ma vie. Une boîte contenait des cassettes que ma femme et moi avons reçues lorsque nous assistions à des cours d’accouchement il y a plus de vingt-cinq ans.

Il y avait des certificats d’études et des cours que j’avais terminés à différents moments de ma carrière. Je suis même tombé sur une paire de shorts de gym de mes années de lycée: c’était incroyable à quel point ils avaient rétréci!

Tous ces objets faisaient partie de mon histoire, et ils m’ont rappelé de nombreux souvenirs.

Dans l’une de ces boîtes, j’ai trouvé une copie de mon témoignage que j’avais saisi juste après avoir été sauvé en 1994.

En la lisant, j’ai été surpris de voir à quel point certains des petits détails commençaient déjà à m’échapper.

Être sauvé a été l’événement le plus important de ma vie, mais certains détails s’estompaient quelque peu dans ma mémoire.

Oui, je pouvais me rappeler où et quand j’ai prié, le jour et les circonstances qui m’ont amené à ce point, mais d’autres détails qui semblaient inoubliables à l’époque commençaient à disparaître. Le fait est qu’avec le temps, nos souvenirs s’assombrissent.

Il est vital de préserver les souvenirs pieux. Les souvenirs donnent confiance et renforcent la confiance. Ils sont l’une de nos meilleures aides pour un culte sincère.

Lorsque nous nous rappelons et répétons les choses que Dieu a faites pour nous dans le passé, ces souvenirs deviennent le fondement pour croire qu’Il peut prendre soin de tout ce qui se présentera à nous dans le futur.

Nos principaux versets révèlent que le psalmiste David était clairement conscient de l’importance de se souvenir des bienfaits de Dieu.

Il a continué en donnant une liste de bénédictions spécifiques que Dieu accorde: le pardon du péché en premier sur sa liste, et évidemment le plus important, la guérison, la protection, la satisfaction de nos besoins et l’assurance pour l’avenir.

En plus de se souvenir des bénédictions de Dieu, vient la responsabilité de transmettre nos souvenirs.

Une fois que nous aurons quitté ce monde, nos souvenirs des bénédictions de Dieu disparaîtront également à moins que nous ne les ayons transmis à d’autres.

Nos enfants, nos petits-enfants, notre famille d’église et ceux avec qui nous travaillons ou que nous croisons tout au long de la vie doivent être informés.

Nous voulons que les récits de la fidélité de Dieu continuent d’exister!

Quand je rentre chez moi au Paradis, je veux que quelqu’un puisse dire: «Il est parti, mais je me souviens qu’il a raconté comment il a été sauvé. Je me souviens de l’avoir entendu raconter des moments où Dieu est intervenu dans sa vie et a répondu à des prières spécifiques.

Je veux que quelqu’un d’autre regarde les bénédictions que Dieu m’a accordées tout au long de mon cheminement spirituel et soit béni.

Faites savoir à votre famille! Faites savoir à vos collègues membres d’église! Faites le savoir à vos amis et connaissances! C’est une bénédiction de se souvenir et de répéter aux autres ce que Dieu a fait dans nos vies.

Contexte

Psaume 102

Le libellé du Psaume 102 est très différent de tous les autres psaumes.

Il ne fait aucune référence à l’accompagnement musical, ne nomme aucun auteur, ne donne aucune indication sur le cadre historique et n’offre aucune instruction sur le moment ou la manière dont il devait être présenté.

Dans ce contexte, les versets 13-16, 20 et 22 pourraient laisser entendre qu’il a été écrit pendant la période d’exil d’Israël.

Bien que les spécialistes de la Bible classent le Psaume 102 comme un psaume pénitentiel, l’auteur ne désigne pas le péché comme la cause de ses misères, mais plutôt sa situation personnelle et sa faiblesse physique.

Le psaume comprend des références claires au Messie, de sorte que certains auteurs croient qu’il est entièrement prophétique, dépeignant l’angoisse de la souffrance du Christ.

Le psalmiste a énuméré ses nombreuses plaintes dans les onze premiers versets du psaume, citant une variété de situations qui ont causé de la douleur.

Il avait le cœur brisé, souffrait d’une maladie physique, se sentait seul et ne pouvait pas dormir. Il faisait face à l’opposition humaine, était triste et le plus troublant de tous, il sentait que Dieu l’avait abandonné.

Au verset 12, l’attention passe des circonstances pitoyables du psalmiste à ce que Dieu peut faire: il entendra et aura compassion (versets 13, 17, 20) et restaurera (versets 16, 21).

Ces versets sont prophétiques car ils ont été «écrits pour la génération à venir» (verset 18); la situation personnelle du psalmiste n’a pas été abordée directement.

Au lieu de cela, il attendait avec impatience le jour où Dieu entendrait les plaintes de tout son peuple, aurait pitié d’eux et rétablirait Sion (Jérusalem).

La partie prophétique du psaume semble indiquer le règne millénaire, basé sur la référence au verset 22 au rassemblement du peuple.

L’auteur a également parlé du jour où les cieux et la terre actuels passeront et où un nouveau ciel et une nouvelle terre seront créés (versets 25-26).

Les versets 25-27 de la traduction grecque de l’Ancien Testament sont cités dans Hébreux 1: 10-12.

Psaumes 103

Le psaume 103, une composition de David, est un chant de louange au Dieu de l’alliance d’Israël. Il a été universellement acclamé pour sa beauté d’expression.

Commençant et se terminant par les mots: «Mon âme, bénis l’Éternel!», il ne contient pas une seule phrase triste ou négative dans ses vingt-deux versets.

Ce psaume est très personnel. Il est évident que David avait personnellement expérimenté la bonté de Dieu.

Il est également universel dans son application; David a fait savoir que la bonté dont il avait fait l’expérience était accessible à tous ceux qui craignent Dieu et gardent Ses commandements (versets 11, 17 et 18).

Alors que le Psaume 102 commence par une liste des afflictions de l’homme, le Psaume 103 commence par le remède à ces afflictions.

Les cinq premiers versets sont un appel à adorer Dieu pour les avantages qu’Il accorde à ceux qui Le servent; des avantages qui répondent à tous les besoins de l’homme, du spirituel au physique et émotionnel, et qui culminent en étant couronnés par la bonté de Dieu (amour de l’alliance) et tendres miséricordes (compassion intense).

Les versets 6 à 14 sont centrés sur la grande miséricorde de Dieu pour les pécheurs. Les dimensions de la miséricorde sont décrites à la fois verticalement : «  autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre » (verset 11) et horizontalement :  «Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions. » (verset 12).

Le verbe traduit pitié au verset 13 signifie «avoir compassion». Les versets 15 à 18 continuent de mettre l’accent sur la miséricorde, soulignant que la miséricorde de Dieu est éternelle envers ceux qui Le craignent et gardent Ses commandements.

Le psaume se termine par une grande louange et un appel à toute la création à se joindre à la bénédiction de Dieu.

Regarder de plus près

Quelles sont trois des afflictions qui ont troublé l’auteur du Psaume 102?

Quels sont trois des avantages énumérés par David dans le psaume 103?

Le mot traduit par misérable dans le Psaume 102: 17 signifie «dépouillé de toutes ressources; pauvres. »

Pourquoi pensez-vous que Dieu accorde une attention particulière à la prière des démunis?

Comment pouvons-nous nous y prendre pour cultiver et maintenir un esprit de gratitude pour les bienfaits de Dieu?

Conclusion

Comme David, nous devrions nous efforcer de nous souvenir de tout ce que Dieu a fait dans nos vies.

Les souvenirs divins constitueront une base solide pour l’avenir, et nous pouvons et devons transmettre à la génération suivante.