DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

juillet 29, 2020

Lecture biblique : Psaumes 87: 1 -7; 88:1-18
«Éternel, Dieu de mon salut! Je crie jour et nuit devant toi. Que ma prière parvienne en ta présence! Prête l’oreille à mes supplications! » (Psaume 88: 1-2)

Un proverbe amish déclare: «Parfois, Dieu calme la tempête, mais parfois Dieu laisse la tempête faire rage et calme son enfant.»Il y a quelques années, j’ai vu cette déclaration se démontrer dans la vie d’une de mes amis qui avait personnellement reçu un coup dur.

Après que mon amie a été mariée pendant de nombreuses années et a consacré sa vie à sa maison et à sa famille, son mari lui a dit un jour qu’il partait.

Elle avait le cœur brisé. Je me souviens de l’avoir vue à plusieurs reprises pleurer à l’autel de prière devant le Seigneur, tendant la main au Dieu de son salut.

La vie n’était pas facile pour elle, et beaucoup de gens seraient devenus amers dans cette situation, mais mon amie ne l’a pas fait. Elle a simplement continué à invoquer Dieu.

Après une période de quelques mois, j’ai commencé à voir un changement dans le comportement de mon amie.
Sa situation n’avait pas changé, mais elle, elle a changé . L’acceptation et la paix ont commencé à imprégner son esprit.

Elle priait toujours avec ferveur pour son mari, mais les preuves d’angoisse face à la trahison et à la rupture de la confiance ont commencé à se dissiper. A leur place, une sérénité tranquille se développa, même si de nombreux ajustements difficiles avaient été nécessaires dans sa vie. Dieu n’a pas répondu à la prière de mon amie comme elle l’avait imaginée. Mais, Il a répondu; Il lui a donné la paix au milieu de la tempête.

Si mon amie n’avait pas choisi de chercher le Seigneur pendant ce temps, elle aurait pu développer un esprit amer et impitoyable.

Alors non seulement elle aurait subi le coup initial, mais elle aurait aussi eu un poids lourd à porter.

Des années se sont écoulées maintenant, mais mon ami est en paix et a vécu une bonne et heureuse vie, grâce à Dieu et à la paix que Lui seul peut donner.

Les versets de réflexion, qui sont les premières lignes du passage le plus douloureux de tout le Livre des Psaumes, révèlent que l’auteur était dans une période de profonde détresse.

Pourtant, sa référence au «Dieu de mon salut» offre une lueur d’espoir, nous apprenant que le saint de Dieu n’est jamais dans le désespoir total.

Lorsque nous servons Dieu, il y a toujours un lieu de refuge et une raison d’espérer, malgré les circonstances alarmantes ou déchirantes que nous traversons.

Nous pouvons faire face à des moments d’épreuve ou de perte lorsqu’il semble que Dieu ignore nos prières.

Mais nous avons le choix.

Nous pouvons défier et blâmer Dieu, nous pouvons blâmer les autres et devenir amer, ou nous pouvons crier au Dieu de notre salut et finalement trouver un lieu de paix et de joie.

Contexte

Psaumes 87

Le psaume 87 est une expression éloquente de louange et de plaisir en Sion, la ville sainte de Dieu.

Il a été écrit pour les fils de Koré, qui ont administré une partie de la musique du Temple. Il a peut-être été composé pendant le règne d’Ezéchias.

Alternativement, la référence aux nations païennes au verset 4 peut être un indicateur historique que le psaume a été composé dans une période post-exilique.

Quelle que soit la date de composition, il fournit une vision prophétique des nations qui viennent à Jérusalem pendant le règne millénaire du Christ et les gloires du royaume du Messie.

Le psaume a une forme mixte, avec des éléments d’un hymne de louange, d’un oracle et d’une méditation.

La référence au verset 7 aux «chanteurs» et aux «joueurs d’instruments» indique qu’il peut avoir été utilisé dans des processions vers le Temple ou lors d’un culte festif en son sein.

Le verset 6 est une référence messianique à la Nouvelle Jérusalem, où le recensement final de tous les noms écrits dans le Livre de Vie de l’Agneau sera effectué.

Le mot traduit par «homme» dans ce verset n’est pas le mot hébreu «adam», qui est la désignation courante pour un être humain, mais est un mot différent (hébreu «’ish») utilisé pour désigner une personne de distinction et d’honneur .

Tous ceux dont les noms sont énumérés auront connu la nouvelle naissance qui les qualifie de citoyens de la Nouvelle Jérusalem.

Le verset 7 signifie la joie qui sera ressentie dans cette ville céleste, où Dieu sera la source de la vie pour chaque habitant.

Psaumes 88

Le psaume 88 est considéré comme le plus triste de tous les psaumes. «Mahalath Leannoth» dans la suscription pourrait être traduit «concernant la maladie, à chanter».

Maschil signifie «faire comprendre» et se rapporte à l’enseignement de la sagesse ou de la piété. La seule expression pleine d’espoir dans ce psaume se produit au début dans la phrase «O Seigneur Dieu de mon salut». Cependant, même l’acte de prière est un indicateur d’espoir persistant.

L’identité de l’auteur – probablement Heman l’Ezrahite, qui est nommé dans la suscription – n’est pas absolument certaine.

Une possibilité est qu’il était le sage qu’Héman a mentionné dans 1 Rois 4:31, qui était un fils de Zérach et petit-fils de Juda (1 Chroniques 2: 6), et par conséquent a été appelé l’Ezrahite.

Une autre possibilité est qu’il était l’un des trois principaux musiciens de l’époque de David, qui est mentionné comme chanteur dans 1 Chroniques 6:33 et dans d’autres versets.

Les versets 3-4 indiquent que l’auteur du psaume était gravement malade, physiquement faible et proche de la mort.

Au verset 5, l’expression traduite par «libre parmi les morts» signifie «mis à part» en hébreu original. Dans les versets 10-12, le psalmiste a plaidé pour la guérison en demandant rhétoriquement si Dieu pouvait être apprécié par les morts.

Ce qui rend ceci le plus triste de tous les Psaumes, c’est qu’il n’y a pas de réponse de Dieu, pas de vague de foi renouvelée, ni d’atténuation du désespoir de l’auteur: le dernier mot du psaume est «ténèbres».

Regarder de plus près

Selon Psaume 87: 1-2, où Dieu a-t-il posé les fondations de Sion?

Quels versets du Psaume 88 révèlent que l’affliction de l’auteur l’avait affecté aussi bien émotionnellement que physiquement?

Quelles mesures pouvons-nous prendre pour nous accrocher à Dieu dans une période difficile, même quand il semble qu’Il ne répond pas à nos prières?

Conclusion

Bien que nous aspirions à la résolution des épreuves qui se présentent à nous, nous pouvons être ancrés dans le Dieu de notre salut. Savoir qu’Il est là et entend nos prières, nous réconfortera.