DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

juillet 23, 2020

Lecture biblique : Psaumes 73: 1-28; 74:1-23.
« Pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien: Je place mon refuge dans le Seigneur, l’Éternel, Afin de raconter toutes tes œuvres. » (Psaume 73:28)

Au cours de l’été 1949, le révérend Billy Graham avait un partenaire prédication, un bien-aimé et respecté qui avait commencé par douter de la véracité des Écritures.Un jour, cet homme a dit au révérend Graham que l’évangile était dépassé depuis cinquante ans et que des savants avertis n’accepteraient plus la Bible comme étant inspirée par Dieu.

Par conséquent, le révérend Graham a commencé à se demander si on pourrait vraiment faire entièrement confiance à la Bible.

Il avait examiné les Écritures et avait médité sur l’attitude du Christ à l’égard de ces écritures, réalisant que jamais Christ n’a mis en doute de quelque manière que ce soit leur véracité.

Pourtant, les questions persistaient.

Enfin, le révérend Graham avait conclu qu’il devait savoir s’il pouvait faire confiance à la Bible ou s’il n’allait plus continuer de prêcher.

Un soir, il a fait une promenade au clair de la lune près des montagnes de San Bernardo.

Arrivant dans une zone boisée privée, il tomba à genoux avec sa Bible ouverte devant lui. Là, à son autel de fortune, il avait versé toutes ses frustrations et ses doutes à Dieu.

Pendant qu’il priait, le Saint-Esprit était venu et avait clairement témoigné à son esprit que la Bible doit être entièrement crue, et qu’elle est en fait, la Parole inspirée de Dieu.

Les larmes coulant, il sentit la présence de Dieu comme il ne l’avait jamais ressentie auparavant. Quand il se leva de ses genoux, il savait que la bataille spirituelle dans son âme avait été menée et gagnée.

L’ancien partenaire de prédication du révérend Graham avait suivi de nombreux cours de théologie. Après une longue lutte contre le doute, il se déclara finalement comme étant un athée, et son échec spirituel avait fait spirituellement trébucher et chuter plusieurs personnes.

Vers la fin de sa vie, il a déclaré qu’il n’y avait aucun moyen d’être sûr du fait que Dieu existe.

Par contre, Billy Graham avait continué à prêcher la Parole inspirée de Dieu dans le monde entier.

Dans les années qui ont suivi, sa prédication avait atteint des millions de personnes et sans aucun doute beaucoup de personnes ont fait du paradis leur demeure, grâce à son ministère.

Asaph, l’auteur de notre verset de réflexion, a également eu du mal à croire aux promesses de Dieu quand il a vu les méchants prospérer et le peuple de Dieu souffrir.

Il commença à se demander s’il avait perdu son temps dans ses tentatives de garder un cœur pur devant Dieu.

Cependant, avant d’abandonner sa foi, il décida de passer du temps dans le sanctuaire avec Dieu, tout comme le révérend Graham le fit à son autel dans les bois. Asaph et le révérend Graham ont tous deux retrouvé leur équilibre spirituel et étaient fermement ancrés dans la foi.

Le diable voudrait semer le doute dans l’esprit de chaque enfant de Dieu. S’il peut insérer une question ici et là, il sait qu’il a pris pied.

Son objectif est de finir par inonder nos âmes de confusion et d’incertitude et de nous submerger.

Ayons à l’idée l’intention de nous prémunir contre toute tentative de l’ennemi de nos âmes!

Quand il attaque, nous devons faire ce qu’Asaph et Billy Graham ont fait: s’approcher de Dieu et demander Son aide divine pour vaincre, afin que nous puissions déclarer avec confiance toutes Ses œuvres à ceux qui nous entourent.

Contexte

Ces deux psaumes débutent le livre III (le «livre du Lévitique»), qui comprend dix-sept psaumes.

Les titres de chacun des psaumes du livre III comprennent des noms personnels; onze d’entre eux sont accrédités ou dédiés à Asaph, auteur des deux psaumes dans le texte d’aujourd’hui.

Asaph était un prêtre de la tribu de Lévi qui a servi à Jérusalem en tant que chef du culte pendant le règne de David, pendant le règne de Salomon et pendant le règne de Roboam.

Il a probablement composé une grande partie de la musique des psaumes de David. Ezra l’identifie comme l’ancêtre des chanteurs du Temple (Esdras 2:41).

Psaumes 73

Le psaume 73 exprime la lutte spirituelle d’Asaph quand il a observé comment les méchants prospèrent, et conclut avec son point de vue changé après avoir reçu une perception divine.

Son thème est similaire à celui des Psaumes 37 et 49. Le Psaume 73 est identifié comme un psaume de sagesse, comparable à la littérature de sagesse dans les Livres des Proverbes, de l’Ecclésiaste et de Job.

Asaph a commencé par reconnaître qu’il trouvait son état spirituel menacé.

Les versets 4 à 9 rapportent son observation troublante: que les méchants étaient bien nourris et forts, que leur mort semblait indolore, et qu’ils avaient moins de problèmes et d’afflictions.

Ils portaient leur fierté comme une chaîne autour du cou, et leurs actes de violence les entouraient comme un vêtement. Leur discours était élevé et corrompu, et rempli des menaces d’oppression contre les habitants du ciel et de la terre.

Sur la base de ce qu’il avait vu, Asaph se demanda s’il avait «purifié son cœur en vain» (verset 13)? Si ses efforts pour vivre droit et saint avaient été vains, car il était continuellement en proie à des épreuves et des afflictions.

Apparemment, son conflit intérieur était devenu presque insupportable.

Cependant, son point de vue a changé après son entrée dans le sanctuaire et a compris que le jugement de Dieu était juste.

Le sens hébreu du mot « réveil » au verset 20 dénotait le «début des actions » de Dieu, et en déduisait que la prospérité des méchants ne serait qu’un rêve persistant lorsque Dieu entreprend le jugement contre eux.

Aux versets 21-22, l’illumination d’Asaph a apporté une confession immédiate et humble de son manque de foi.

Il a exprimé une détermination renouvelée de placer sa confiance en Dieu, ce qui lui assure une place dans la gloire à la fin de sa vie.

Le psaume se termine par la conclusion d’Asaph selon laquelle se rapprocher de Dieu était spirituellement bénéfique et le conduirait à déclarer les œuvres puissantes de Dieu.

Psaume 74

Le Psaume 74 est une complainte à cause de la destruction de Jérusalem et du Temple de Dieu, et rappelle les Lamentations de Jérémie.

Ce psaume était l’une des treize chansons de Maschil, qui signifie «faire comprendre».

Le libellé du psaume 74 ne cite pas le contexte historique, et les commentateurs sont divergents sur le moment où les événements déclarés se sont produits.

Certains suggèrent que s’il a été écrit par Asaph qui était un contemporain de David, il pourrait être de nature prophétique. (Ce n’est pas improbable, puisque Asaph était aussi un prophète.)

D’autres croient qu’il a pu être écrit par un autre Asaph d’une période ultérieure. Quelle que soit la durée, le fait que ces paroles aient été prononcées comme une prière à Dieu indique une foi profonde face à une terrible adversité.

Le verset 7 déclare que le Temple a été incendié et que le lieu où le nom de Dieu a été glorifié, est maintenant rabaissé.

Plusieurs étudiants de la Bible pensent que cela pourrait être une référence à la destruction du premier Temple par l’armée de Nebucadnetsar en 586 av.

Le mot traduit par «sanctuaire» au verset 7 était le même mot hébreu utilisé pour «temple» au verset 4, et peut avoir signifié les divers endroits où les gens adoraient dans tout le pays.

Les vêtements de l’époque avaient des plis au lieu de manches, ce qui permettait de dissimuler les mains dans les plis. Au verset 11, le psalmiste a laissé entendre que Dieu avait caché Sa main droite et avait besoin de «la sortir » pour la cause du nom d’Israël.

La «mer fendue » (verset 13) était une référence à la mer Rouge, tandis que les «monstres sur les eaux» et le «léviathan» étaient symboliques de l’Égypte.

La «fontaine et le déluge» peut avoir fait référence au flux d’eau que Dieu a fourni des rochers à Horeb et Kadès.

«Tu as asséché de puissantes rivières» a fait allusion à la séparation du Jourdain lorsque les Israélites sont entrés dans la Terre Promise.

Le mot «tourterelle» au verset 19 était un terme de tendresse, et le psalmiste implorait Dieu de ne pas livrer Son peuple bien-aimé entre les mains d’un ennemi sauvage.

Regarder de plus près

D’après le Psaume 73: 2-5, qu’est-ce qui a poussé Asaph à dire que ses pas étaient sur le point de glisser?

Dans le psaume 74, pourquoi le psalmiste a-t-il exposé les précédentes délivrances d’Israël par Dieu?

En tant que chrétiens aujourd’hui, de quelle manière faisons-nous face à certains des mêmes problèmes auxquels Asaph a été confronté?

Que pouvons-nous apprendre des prières d’Asaph dans ces deux psaumes?

Conclusion

Lorsque nous cherchons le Seigneur dans des moments de doute ou de circonstances troublantes et que nous nous approchons de Lui dans la prière, notre foi est renforcée et nous sommes capables de nous accrocher.