DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

juillet 22, 2020

Lecture biblique: Psaumes 71: 1-24; 72:1-20.
«Ne me rejette pas au temps de la vieillesse; Quand mes forces s’en vont, ne m’abandonne pas! » (Psaume 71: 9)

Nous sommes bénis dans notre famille d’église d’avoir de nombreuses personnes âgées qui prouvent quotidiennement la proximité et la provision de Dieu au «temps de la vieillesse».Quand je réfléchis aux paroles de notre verset de réflexion, mon esprit se tourne vers ma tante: Ruth Ashwell.

Ma tante avait été sauvée quand elle n’avait que dix-sept ans. À l’âge de vingt-trois ans, Dieu l’avait appelée au service à plein temps pour Lui, et elle avait commencé à travailler au siège social de la Foi Apostolique.

En 1953, après la mort de son cousin, George Hughes, on lui demanda d’assumer la responsabilité de diriger le département de correspondance avec l’Afrique, et elle avait travaillé fidèlement à ce poste pendant plus de quarante ans.

Bien qu’elle n’ait pas d’enfants biologiques, elle était une «mère» spirituelle pour plusieurs personnes en Afrique, où ses lettres de courtoisie et d’encouragement ont joué un rôle vital dans la croissance de l’œuvre de la Foi Apostolique dans ce continent.

Comme le mari de ma tante, Lloyd, était décédé avant elle, ses nièces et neveux prenaient soin d’elle parce que sa santé physique et son acuité mentale commençaient à s’affaiblir.

Dieu avait ouvert un moyen pour ma tante pour pouvoir rester dans sa propre maison.

Lorsque son état nécessitait une aide à domicile, nous avions pu trouver une charmante dame qui avait emménagé dans une chambre vacante chez elle, et elle s’occupait gentiment des besoins personnels de tante Ruth, s’assurait qu’elle avait des repas équilibrés et globalement, veillait sur elle.

Lorsque ma Tante s’était cassé la hanche, une intervention chirurgicale et une rééducation dans un établissement de soins étaient indispensables.

Pendant qu’elle était là-bas, un incendie avait détruit sa maison; mais elle était saine et sauve dans la maison de rééducation!

Son aide à domicile avait pu sortir de la maison lorsque l’incendie a été découvert, mais il aurait été difficile de faire sortir ma tante si elle était toujours dans sa maison!

L’état physique de tante Ruth s’était rapidement détérioré à la suite de sa chute, et nous n’avions jamais eu à lui dire que sa maison de longue date avait été consumée par un incendie.

Elle était rentrée au paradis avant qu’on ne soit dans l’obligation de l’informer.

À peine quelques mois avant l’incendie, un neveu s’était senti poussé à encourager ma tante à mettre à jour son assurance habitation, pour que la maison et son contenu soient entièrement couverts.

Nous avions simplement fait une liste des contenus du mieux que nous puissions le faire selon nos souvenirs.

La compagnie d’assurance a même envoyé des gens chercher des objets dans les décombres après l’incendie pour essayer de faire l’inventaire des objets perdus.

Ma tante avait légué sa maison à l’église, et nous savions qu’elle serait ravie que, à cause de l’incendie, l’église ait reçu beaucoup plus d’argent qu’elle n’en aurait si nous avions classé ses biens de la manière exacte.

Pendant les années qui se sont écoulées depuis le décès de la tante Ruth, mes cousins ​​et moi, nous rappelons souvent à quel point Dieu avait pris soin des détails de sa situation dans les derniers mois de sa vie terrestre.

Nous avons eu la preuve vivante du fait que Dieu est bon et toujours conscient des besoins et des circonstances concernant Ses enfants.

Lorsque la force physique diminue, Il est là pour soutenir.

Lorsque les besoins surgissent, Il pourvoit.

Lorsque des problèmes surviennent, Il a toujours une solution.

Quelle merveilleuse bénédiction lorsque ceux qui sont bien avancés en âge peuvent se remémorer leur passé avec l’assurance qu’ils ont servi Dieu le mieux qu’ils puissent le faire, et que, malgré les défis du vieillissement, Dieu a été avec eux à chaque étape, et de la meilleure manière!

Si nous nous en tenons fermement à notre objectif de Le servir, un jour cela peut aussi être notre témoignage.

Contexte

Ces deux psaumes concluent le livre II des psaumes, souvent appelé le «livre de l’Exode».

Psaume 71

Aucune inscription ou auteur pour le psaume 71 n’est enregistré, mais ce psaume exprime clairement les souvenirs et les prières d’un homme âgé qui avait fait l’expérience de l’aide soutenue de Dieu dans les années passées et qui implorait Dieu de continuer à l’aider au crépuscule de sa vie.

Ce psaume est classé comme une complainte individuelle.

Dans la première section du psaume, versets 1-8, le psalmiste a combiné un cri à Dieu avec une affirmation de confiance et un souvenir de la façon dont Dieu avait été un refuge solide dans toute sa vie.

Le mot hébreu traduit par confusion dans le verset 1 a un sens littéral de «pâle» et implique «honte, déception ou retard».

Le mot «prodige» au verset 7 indique une démonstration surnaturelle de la puissance divine qui peut inspirer la terreur ou l’adoration, et est souvent associée à des signes qui révèlent les desseins de Dieu.

L’auteur a reconnu les dangers de l’avancement des années (versets 9-16) et a raconté que ses ennemis affirmaient que sa force physique défaillante prouvait que Dieu l’avait abandonné.

Il a prié pour que Dieu «les laisse être confondus [avoir honte quand Dieu réfute leurs suppositions] et consommés [détruits]».

Il a conclu en exprimant sa confiance en Celui qui l’a instruit dès sa jeunesse et qui était maintenant l’espoir de sa vieillesse (versets 17-24).

Psaumes 72

Le psaume 72 est traditionnellement attribué à Salomon, bien que tous les savants ne soient pas d’accord sur son auteur.

Certains pensent que David a peut-être prononcé ce psaume sur son lit de mort comme une prière pour le règne de Salomon.

S’il se situe dans le contexte de cérémonies auprès d’une monarchie, et résume une royauté idéale, aucun humain terrestre ne pourrait accomplir toutes ses aspirations.

Cela justifie une interprétation prophétique du psaume et coïncide avec la perspective que ses implications sont messianiques.

Dans l’appel d’ouverture à Dieu pour «donner au roi tes jugements», le mot jugements traduits signifie «statuts» ou «ordonnances» et se réfère à la Torah ou loi que le Roi (Jésus) devait accomplir.

La description de l’étendue de la domination du roi est donnée aux versets 7-11.

Le pouvoir rédempteur du roi est décrit dans les versets 12-14 et l’honneur qui Lui sera accordé dans les versets 15-17.

« Amen! Amen! » (verset 19) pourrait être traduit par une déclaration sincère de « Qu’il en soit ainsi! »

Plusieurs personnes croient que le verset 20 indique que c’était le psaume final de David, et que les psaumes ultérieurs qui lui ont été attribués ont été écrits à une époque antérieure.

Puisque chacun des livres des Psaumes se termine par une prière , d’autres considèrent ces versets comme une prière (un bref hymne de louange de conclusion) pour le Livre II.

Regarder de plus près

Quel jeu de mots le psalmiste a-t-il utilisé dans Psaume 71: 3 pour décrire le fait que Dieu est un lieu de refuge sûr?

Puisque l’auteur du Psaume 71 avait fait confiance à Dieu depuis sa jeunesse, pourquoi pensez-vous qu’il a crié à Dieu d’être près de lui et de «se hâter» de l’aider?

Pourquoi est-il si important de maintenir notre objectif d’annoncer «ta force à la génération présente, Ta puissance à la génération future!» (Psaume 71:18)? Comment pouvons-nous faire cela?

Conclusion

Avancer âges peut réduire notre capacité de jouer un rôle aussi actif dans le service de Dieu comme nous le faisions autrefois.

Cependant, réfléchir à la provision de Dieu dans le passé nous encouragera à continuer à avoir confiance qu’Il sera avec nous à chaque étape de notre voyage sur terre.