DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

juillet 20, 2020

Lecture biblique : Psaumes 67: 1-7; 68:1-35
«Que Dieu ait pitié de nous et qu’il nous bénisse, Qu’il fasse luire sur nous sa face, -Pause. Afin que l’on connaisse sur la terre ta voie, Et parmi toutes les nations ton salut! » (Psaume 67: 1-2)

L‘un des grands préceptes de l’Écriture est que tous les peuples du monde doivent être informés du Dieu vrai et vivant.Comme le suggèrent nos versets de réflexion, lorsque Dieu nous bénit et fait briller Sa «faveur sur nous», un désir de partager la bonne nouvelle surgit dans nos cœurs.

Grâce aux efforts de sensibilisation de ceux qui ont expérimenté la touche personnelle de Dieu dans leur vie, les âmes sont atteintes une par une et la «grâce salvifique» de Dieu (également traduite par «salut») est déclarée parmi les nations.

L’expansion de l’œuvre de la Foi Apostolique en Afrique en est un excellent exemple.

Vers 1915, un missionnaire nommé Frank Hein a reçu des tracts de l’Évangile du siège de l’église alors qu’il vivait au Nigeria.

À son retour en Amérique, il est venu rendre visite aux personnes qui ont publié ces tracts.

Il a aimé ce qu’il a trouvé, et Dieu l’a appelé à rester et à travailler avec nous. Il a traduit notre littérature dans la langue du nord du Nigéria et des milliers de tracts ont été envoyés dans cette région d’Afrique.

Un seul tract est tombé entre les mains d’un chrétien nommé Peter van der Puije à Gold Coast (aujourd’hui Ghana), et il a écrit au siège de Portland.

À la suite de la littérature évangélique qui lui a été envoyée, il a cherché et reçu la sanctification et le baptême du Saint-Esprit, et a commencé à établir des églises de la Foi Apostolique dans sa région.

En 1948, il a assisté à la réunion de la convention annuelle de Portland et a présenté les besoins de son peuple, plaidant pour que quelqu’un vienne et les aide à mieux comprendre les voies de Dieu.

George Hughes a entendu l’appel passionné du frère van der Puije, et lors de cette convention de 1948, il a noté dans son journal, « Volontariat pour le service en Afrique, ou n’importe où dans le monde. »

Dieu a vu le désir du cœur de frère Hughes de le dire aux autres, et lui a ouvert la porte de faire un voyage de sept mois en Afrique plus tard la même année.

Tenant des réunions dans des huttes aux murs de boue, des églises au toit de chaume, dans la maison d’un chef de village ou partout où l’occasion se présentait, frère Hughes a partagé l’histoire de l’Évangile et les âmes ont été sauvées.

Il a écrit au siège: « Oh, que nous avons eu mille vies, chacun de nous, que nous pourrions les déposer aux pieds du Seigneur pour Le servir là où le besoin est le plus grand! »

Ensemble, frère Hughes et frère van der Puije ont contacté plusieurs personnes dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres qui avaient auparavant correspondu avec l’église de notre quartier général.

L’un des visiteurs était Timothy Oshokoya, qui vivait à Lagos, au Nigeria.

Le frère Oshokoya avait reçu de la littérature de la Foi Apostolique quelques années plus tôt et avait trouvé dans ces tracts et papiers la réponse aux aspirations de son cœur à la sainteté et au baptême du Saint-Esprit.

Il a commencé à distribuer notre littérature et a rapidement établi un lieu de culte.

Frère Oshokoya a visité la réunion de la convention annuelle de Portland en 1951 et 1956.

En rentrant chez lui après son deuxième voyage, la vision de «l’Afrique pour le Christ» a commencé à grandir dans son cœur et le travail au Nigeria s’est élargi.

Bientôt, une imprimerie a été construite et la construction a commencé par un tabernacle.

Dans nos versets, le psalmiste a regardé à travers les années et a imaginé que l’Évangile allait à travers le monde.

Frank Hein, Peter van der Puije, George Hughes et Timothy Oshokoya ont joué leur rôle. Grâce à leurs efforts et à ceux de ceux qui les ont suivis, il existe aujourd’hui plusieurs centaines d’églises de la Foi Apostolique dans cette partie de l’Afrique.

Dieu a-t-il fait briller son visage sur vous? A-t-Il pardonné vos péchés et vous a-t-Il béni avec le salut?

Si tel est le cas, vous avez le privilège et la responsabilité de tendre la main aux autres.

Contexte

Psaume 67

Le psaume 67, destiné à être joué avec «les instruments à cordes», a été écrit par un auteur inconnu, et est une élaboration d’une bénédiction enregistrée dans Nombres 6: 22-27.

La bénédiction originale a été dictée par Dieu pour être prononcée par les prêtres sur les Israélites, ce qui signifie qu’ils Lui appartenaient.

Il contient trois lignes invoquant les bénédictions suivantes: que Dieu bénirait et garderait les Israélites, qu’Il leur accorderait faveur et grâce, et qu’Il les reconnaîtrait et leur donnerait la paix.

Certains étudiants de la Bible suggèrent que ce psaume était une prière de moisson qui a été présentée lors d’une grande fête.

Ce psaume est séparé en trois parties par un simple refrain (versets 3, 5) de «Que tout le peuple [de la terre] te loue».

La première section, versets 1-2, demande que Dieu soit miséricordieux, bénisse et accorde faveur à Israël, afin que les nations environnantes voient Sa bonté et connaissent Sa « santé salvifique» (ou salut).

La deuxième partie (verset 4) regarde vers l’avenir, appelant toutes les nations de la terre à se réjouir que lorsqu’elles se soumettront à Dieu, Il les gouvernera équitablement, leur apportant la paix spirituelle et politique.

La dernière partie du psaume, les versets 6-7, résume que le monde entier connaîtra Dieu par Israël, de sorte que la terre et le peuple seront bénis et prospéreront.

Psaume 68

Le psaume 68 a été écrit par David comme une chanson, susceptible d’être chantée lors de la procession qui accompagna l’Arche de l’Alliance à Jérusalem depuis la maison d’Obed Édom (2 Samuel 6:12).

Tout au long du psaume, David a entrecoupé les descriptions d’une procession approchant de Jérusalem avec des éloges, des réflexions sur le passé d’Israël et des références aux événements futurs.

David a commencé le psaume en rappelant les paroles prononcées par Moïse dans le désert la première fois que l’Arche a été prise par les prêtres et suivie par les Israélites (Nombres 10:35).

Aux versets 4-6, il a fait l’éloge de Jéhovah («JAH»), qui est au-dessus de tout (Il «déferle sur les cieux»).

Puis, citant le chant de la victoire de Deborah enregistré dans Juges 5: 4-5, David réfléchit dans les quatre versets suivants sur la façon dont Dieu les a amenés dans leur voyage à travers le désert, Son apparition à eux au mont Sinaï, et Sa provision abondante pour leurs besoins.

Quand ils sont entrés dans la Terre Promise, Dieu a lancé un cri de guerre et des femmes (le mot «compagnie» au verset 11 est féminin) comme Deborah, l’ont déclaré.

Ainsi, lorsque les rois de Canaan se sont enfuis, les femmes ont partagé le butin.

Le butin était si grand que ceux qui restaient dans la cuisine («parmi les pots» au verset 13) étaient vêtus comme des colombes avec des ailes d’argent et des plumes d’or.

La terre aussi brillait (elle était propre ou couverte de bijoux) comme la neige sur le mont. Salmon, qui était une colline près de Sichem selon Juges 9:48.

Aux versets 15-17, David a décrit la procession approchant de la colline de Jérusalem. Basan était la région montagneuse au nord-est de la Galilée, qui comprend le mont Hermon.

Le psalmiste a mis en parallèle l’ascension de l’Arche avec l’ascension de Jésus au ciel après avoir conquis la mort et la captivité (ou le péché).

Selon les versets 24-29, alors que l’Arche se déplaçait vers la ville, elle était entourée de chanteurs, de musiciens et de joueurs de tambourin.

Les représentants des douze tribus d’Israël ont suivi l’Arche, Benjamin étant le premier à devenir la tribu de Saül, le premier roi d’Israël.

Juda est arrivé deuxième en tant que tribu du deuxième roi d’Israël (David) et du futur Messie. Zabulun et Nephtali étaient les derniers, car les tribus situées le plus loin du Tabernacle.

Dans le Psaume 68:19, l’expression «Béni soit le Seigneur chaque jour!» signifie littéralement «jour après jour, il nous porte» ou «jour après jour, il nous porte».

Un parallèle du Nouveau Testament dénotant la puissance de soutien de Dieu se trouve dans 1 Pierre 5: 7, «… Portant tous vos soins sur lui; car il prend soin de toi.

Aux versets 30-35, David a prédit que lorsque Dieu établira Son règne à Jérusalem, toutes les nations apporteront des cadeaux et rendront hommage. Ceux-ci comprendront l’Égypte (les «lanciers» ou crocodiles), l’Assyrie (les «taureaux» parmi les «veaux» les plus faibles) et l’Éthiopie.

David a conclu en appelant toutes les nations à louer Dieu.

Regarder de plus près

Selon le Psaume 68: 5-6, qui peut compter sur l’aide de Dieu?

Dans Psaume 68: 11-12, ceux qui sont restés pendant la bataille ont partagé le butin. De quelles manières cela pourrait-il être mis en parallèle dans l’œuvre du Seigneur aujourd’hui?

Comment avez-vous entendu l’Évangile? De quelles manières pouvez-vous diffuser la Bonne Nouvelle à votre entourage?

Conclusion

En tant que bénéficiaire de l’abondante miséricorde de Dieu, nous avons la responsabilité de faire connaître Son salut à toutes les nations du monde