DÉVOTION 2020

DÉVOTION 2020

juillet 12, 2020

Lecture biblique : Psaumes 42: 1-11; 43:1-5; 44:1-26.
«Comme une biche soupire après des courants d’eau, Ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant: Quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu?» (Psaume 42: 1-2)

Ceux qui ont soif de la présence de Dieu dans leur vie, seront satisfaits. Jim Seely en est un exemple.

Jim avait grandi en apprenant la Parole de Dieu; ses parents étaient entrés en contact avec l’Église de la Foi Apostolique quand il n’avait que quatre ans.

Bien que Jim ait tourné le dos à Dieu pendant un certain temps, il a de nouveau donné sa vie au Seigneur le 4 mars 1923, lors d’un Culte à Medford, Oregon. Plus tard, Dieu l’avait sanctifié.

Souvent, Jim témoignait de la soif de la présence de Dieu qui jaillit dans son cœur quand il cherchait le baptême du Saint-Esprit.

Il disait : « J’avais cherché longtemps, plus longtemps que je n’aurais dû. J’avais tellement plus soif de Lui !

Il m’avait abondamment béni et m’avait fait vibrer pour Sa puissance, mais je me levais et rentrais chez moi sans avoir l’assurance d’avoir reçu cette expérience.

Je l’avais cherché à maintes reprises; mais Dieu m’avait été fidèle.

«À l’époque, je travaillais comme chauffeur de camion pour le US Forest Service.

Un jour, j’avais pris ma pause déjeuner au sommet de la montagne Hayes hors de Grants Pass, en Oregon, et j’étais monté dans la forêt de chênes.

Avec une bûche pourrie pour un autel, j’avais commencé à verser mon cœur devant Dieu. Je n’avais pas eu mon baptême là-bas, mais je veux vous dire que lorsque j’étais monté dans mon camion, j’avais une âme assoiffée.

Quelque chose s’était passé à l’intérieur et j’avais l’assurance que j’obtiendrais mon baptême du Saint Esprit ce soir-là, lors du Culte du soir.

«Tandis que j’étais assis pendant le Culte, Dieu m’avait vraiment béni. À la fin du service, je m’étais mis à prier.

J’avais dit au Seigneur: «Si tu descends et me bénis à nouveau comme tu l’avais fait dans le passé, je vais croire que tu as honoré ma foi.»

Comme je continuais à prier, ce doux Esprit de Dieu était revenu une fois de plus dans mon coeur.

J’avais juste exercé la foi et j’avais saisi la promesse de Dieu. Je ne peux pas vous dire comment je l’avais fait, mais je l’avais fait.

Cette nuit-là, le Seigneur a abondamment rempli ma coupe et m’a fait vivre la merveilleuse expérience du baptême du Saint-Esprit. »

L’auteur du Psaume 42 savait également ce que c’était d’avoir un désir dévorant de Dieu.

Dans nos versets de réflexion, il a crié: «mon âme soupire après toi, ô Dieu!» et a comparé son désir d’étancher sa soif à celui d’une biche qui cherche instinctivement à étancher sa soif dans un ruisseau de montagne.

Aujourd’hui, avez-vous envie de quelque chose de Dieu?

Y a-t-il un désir insatiable dans votre cœur de recevoir de Lui?

Soyez rassuré que Dieu voit ce désir, et en Son temps et de Sa manière, Il répondra et satisfera votre cœur.

Contexte

Psaume 42

Le Psaume 42 est le début du Livre II des Psaumes (le «Livre de l’Exode»), qui comprend les Psaumes 42 à 72.

Les étudiants de la Bible conviennent généralement que ce psaume a été initialement groupé avec le Psaume 43, formant un seul poème.

L’auteur de ces psaumes est inconnu; il se peut que ce soit David, lors de sa fuite d’Absalom, quand il s’est réfugié à Mahanaïm (voir 2 Samuel 17:24).

Avec dix autres psaumes, celui-ci est dédié aux fils de Koré, qui étaient probablement des musiciens et des assistants dans le Temple.

(Koré était un Lévite qui, selon Nombres 16: 1-35, a mené une rébellion contre Moïse. Il a été tué, mais ses descendants sont restés fidèles à Dieu et ont continué à Le servir dans le Temple.)

Le Psaume 42 est un psaume d’encouragement en période de dépression spirituelle, lorsque Dieu semble être éloigné.

Il s’ouvre sur une expression du désir de Dieu. Les «courants d’eau» mentionnés au verset 1 sont des sources qui coulent continuellement des rivières souterraines.

Le souvenir de l’auteur au verset 4 de son ancien accès illimité à la maison de Dieu donne du crédit à l’appartenance de David et au cadre décrit ci-dessus.

Le refrain au verset 5 est répété au verset 11, et aussi dans le Psaume 43: 5; il exprime l’espoir du psalmiste que sa situation soit changée par l’aide de Dieu.

Psaume 43

Le Psaume 43 est généralement considéré comme une extension du Psaume 42; dans de nombreux manuscrits hébreux, les deux apparaissent comme un psaume.

Bien que ce soit une continuation de la complainte personnelle de l’auteur, la lueur d’espoir en Dieu se renforce dans ces versets.

Au verset 1, le psalmiste a supplié Dieu de le «défendre» ou de le justifier; dans l’hébreu original, il s’agit d’un terme juridique.

Bien qu’il se sentait loin de Dieu, il affirmait avoir conscience que sa force était en Dieu.

«ta montagne sainte» (verset 3) pourrait se traduire par «la montagne de ta sainteté». «tes demeures» se rapportaient à la demeure de Dieu.

Psaume 44

Le Psaume 44 est classé comme une complainte communautaire.

Comme les deux psaumes précédents, le Psaume 44 est dédié au «chef des chantres des fils de Koré» et identifié comme un cantique, une chanson instruisant une leçon de sagesse ou de piété.

La date de sa composition est inconnue, tout comme l’auteur.

Stylistiquement, il ne semble pas avoir été écrit par David. L’auteur est peut-être un patriote hébreu qui témoigne poétiquement de sa foi personnelle, tout en regrettant que ses compatriotes souffrent d’une défaite militaire qui déshonore et blâme le peuple de Dieu.

Bien que le cadre ne soit pas identifié, ce psaume a clairement été écrit à une époque de détresse nationale.

Israël avait été vaincu au combat et le peuple vendu en esclavage. «Jacob» au verset 4(5) représente tout le peuple d’Israël.

Le verset 11 peut indiquer une date post-exil (quelque temps après 586 av.J.-C.).

Après avoir raconté comment Dieu a donné la victoire dans les jours passés, le psalmiste a exprimé son hypothèse que Dieu donnerait à nouveau la délivrance.

Puis, dans un brusque changement de ton, il s’est plaint de la défaite actuelle de la nation et a protesté contre le fait qu’Israël ne s’était pas détourné de Dieu.

Il a déclaré que Dieu nous «écrases dans la demeure des chacals» (verset 19); cela peut avoir fait référence à un endroit spécifique où Israël avait été vaincu au combat, ou cela pourrait être une manière figurative d’affirmer que la terre était devenue désertée en raison de l’état déshonoré de la nation.

Dans les quatre derniers versets, l’auteur a appelé à l’intervention et à la justification de Dieu.

Regarder de plus près

Dans le Psaume 42, où le psalmiste s’est-il souvenu allé avec la multitude, et pourquoi?

Lorsque nous sommes confrontés à des défis, pourquoi est-il si utile d’avoir l’assurance que «notre coeur ne s’est point détourné, Nos pas ne se sont point éloignés de ton sentier» (Psaume 44:18)?

Le Psaume 42: 8 déclare: « La nuit, je chantais ses louanges ». Quelle chanson Dieu t’a-t-il donnée dans la nuit? Comment cela vous a-t-il renforcé ou encouragé?

Conclusion

Si nous avons soif de Dieu et continuons de Le chercher, nos désirs spirituels seront satisfaits.