DÉVOTION DU 29 SEPTEMBRE 2020

DÉVOTION DU 29 SEPTEMBRE 2020

septembre 29, 2020

ÊTRE SOUS LE JOUG
« Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » Matthieu 11: 29-30

Autrefois, les agriculteurs utilisaient leurs animaux dressés comme des machines: un moyen pour accomplir leur tâche quotidienne.

Si le fermier avait deux de ces animaux, il utilisait les deux ensemble par le moyen d’un joug au lieu de les utiliser un à un, ce qui lui permettait de faire plus de travail.

Le joug, un dispositif à double collier, lorsqu’il est glissé sur le cou de deux animaux côte à côte à la fois, répartit la charge de travail entre eux de sorte que leur effort conjoint était plus productif que deux animaux séparés.

Comme ces animaux dressés étaient des êtres vivants, ils vieillissaient et devaient être remplacés de temps en temps par des chevaux ou des bœufs plus jeunes et plus forts.

Les remplaçants devaient être formés pour le travail sur le terrain; et au lieu de former deux animaux immatures ensemble, un animal expérimenté était souvent attelé avec un animal inexpérimenté.

L’animal le plus ancien dans ce domaine, connaissait tous les ordres: quand il faut avancer, quand il faut tirer, quand il faut tourner et quand il était nécessaire d’attendre la prochaine direction du maître.

Par exemple, si quelque chose arrivait à surprendre l’équipe, le vétéran dressé restait calme, analysant le comportement d’un membre précieux de l’équipe.

Quand il était temps de labourer, il descendait régulièrement le sillon en ligne droite, prenant généralement plus de charge sur lui-même, entraînant le nouveau venu à tirer avec lui au lieu de se battre dans une autre direction.

Dans le verset de réflexion, nous sommes encouragés à nous glisser sous le joug avec Jésus.

Pendant que nous le faisons, Il nous apprend à marcher droit sur le chemin étroit avec un rythme régulier, tandis qu’Il prend sur Lui-même, le poids lourd de nos fardeaux.

Attelés ensemble sous ce joug «facile», nous apprenons finalement que notre compagnon connaît le meilleur chemin.

Les soucis d’emploi, les problèmes financiers, les défis d’élever des enfants, d’essayer de vieillir gracieusement et les saisons de douleur n’ont pas besoin de nous angoisser profondément lorsque notre compagnon de joug fournit le repos à nos âmes.

Souvenons-nous, «nous sommes ouvriers avec Dieu» (1 Corinthiens 3: 9).

En ne luttant pas contre notre partenaire, nous pouvons mieux faire, et nous découvrirons à la fin d’une journée que nous avons creusé un sillon rectiligne, qui est acceptable.

Les sillons successifs deviennent plus faciles à corriger au fur et à mesure que nous gagnons en expérience.

Il y a du travail à faire et nous relevons le défi avec Jésus à nos côtés.

Glissez-vous sous le joug!