DÉVOTION DU 25 SEPTEMBRE 2020

DÉVOTION DU 25 SEPTEMBRE 2020

septembre 25, 2020

UN DONATEUR VOLONTAIRE
« Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. » 2 Corinthiens 9: 7

Quand vous regardiez les épaules voûtées de Thelma, la tête qui tremble un peu en vieillissant, les mains ridées et usées, vous n’alliez peut-être pas réaliser qu’elle était un bon exemple, mais elle l’était.

Ne pensez pas un seul instant que Thelma était juste comme toute autre personne âgée en entendant seulement sur les dernières années de sa vie; la majeure partie de sa vie est meilleure.

Thelma avait une vraie joie de vivre dans son cœur. Si vous la regardiez chez elle, vous pourriez vous demander: «Pourquoi?» car son environnement était très simple.

Si vous regardiez ses vêtements, vous pourriez vous demander: «Pourquoi?» car ce qu’elle portait, bien que net et propre, était loin d’être le dernier à la mode.

Si vous cherchiez sa famille, vous pourriez à nouveau vous demander: «Pourquoi?» car elle ne s’était jamais mariée ni n’avait eu d’enfants.

Quel était le secret de son bonheur?
Je suppose qu’elle n’y avait jamais pensé.

Elle disait simplement: «Dieu a été bon envers moi.»

Mais je pense que je peux vous dire pourquoi Thelma avait une telle paix et un tel bonheur en elle, et pourquoi je dis qu’elle était un exemple.

Thelma avait appris qu’il y a une grande bénédiction pour ceux qui donnent volontairement à Dieu.

Quand Thelma a connaissance d’un besoin, elle fait quelque chose. Cela peut ne pas être peut-être grand-chose.

Ça pourrait être peut-être un dollar ou deux, rangés dans une enveloppe et placée dans la main de quelqu’un.

Ça pourrait être peut-être une carte renfermant un « petit quelque chose » pour les missionnaires qui sont loin de chez eux, pour un besoin dont elle avait entendu parler, ou un petit geste à un enfant de cinq ans.

Je l’ai vue un jour se glisser dans une chambre pour femmes et enlever ses bas pour les donner à une femme de la rue dont les jambes étaient nues et froides.

Je l’ai regardée ranger laborieusement de vieilles cartes de vœux et des images religieuses pour les emballer et les envoyer en Inde.

Le besoin était peut-être des Bibles pour des pays étrangers, de la nourriture pour une jeune femme dans le besoin que le mari a abandonnée ainsi que les petits enfants, ou quelques dollars pour divertir les marins qui visitaient l’église.

Quand Thelma voit qu’un besoin se fait sentir, elle fait quelque chose!

Si vous aviez connu Thelma, vous auriez remarqué qu’elle brillait d’une lumière intérieure. Elle avait trouvé une bénédiction plus grande que n’importe quel trésor ou argent pourrait acheter.

Nous lisons: «Dieu aime celui qui donne avec joie», et je sais que Dieu aimait Thelma.

Nous serions tous sages de suivre son exemple.