DEVOTION 2020

DEVOTION 2020

septembre 19, 2020

DIEU AU VOLANT
« Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas, Je les conduirai par des sentiers qu’ils ignorent; Je changerai devant eux les ténèbres en lumière, Et les endroits tortueux en plaine: Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai point. » Ésaïe 42:16

En voyageant le long de l’autoroute régionale lors d’un voyage à travers le pays cet été, je conduisais quand soudain, survint une tempête.

Des nuages ​​apparaissaient de plus en plus à l’horizon et le paysage s’assombrissait jusqu’à ce que nous soyons engloutis par une pluie violente brouillant notre vision.

J’apprécie les tempêtes et j’aime conduire, surtout sur l’autoroute, mais la combinaison des deux avait fait que je m’étais agrippée au volant, le serrant au point où mes mains devinrent blanches, et la fatigue s’en était vite suivie.

Quel soulagement de remettre le volant à mon mari!

De même lors de notre pèlerinage chrétien, comme il est agréable de laisser la conduite à Dieu!

La vie est composée d’un paysage varié d’expériences: de magnifiques plaines de plaisir et des délices entrecoupés d’un terrain plus rocailleux de douleur et de chagrin.

Notre vision de ces expériences de vie est beaucoup plus calme depuis le confort du siège arrière.

Quand le Père céleste «prend le volant», nous savons dans notre cœur qu’Il a un contrôle total sur toute situation que la route de la vie peut croiser.

En voyant un tronçon particulièrement difficile à venir, nous pouvons nous manifester: «Oh, mais je ne suis pas sûr de pouvoir y passer!»

L’aspect de la situation nous embarrasse, mais le siège arrière de Dieu, Le Conducteur, est impeccable: des traces glaciales de douleur, des pistes émotionnelles jonchées de rochers ou des montagnes de chagrins apparemment infranchissables sont vaincues sans danger de glisser hors des «chemins de la droiture».

Plutôt que de nous laisser alarmer, nous pouvons nous détendre; notre Guide est Celui qui connaît la fin dès le commencement, et comme nous nous appuyons sur Sa promesse: «Il ne permettra point que ton pied chancelle» (Psaume 121: 3), nous pouvons savoir que le chemin à parcourir sera bientôt, une fois encore, clairement éclairci.