A 134

LA GUERISON  D’UN  HOMME  AVEUGLE

Jean 9 : 1-41 ; 10 : 19-21

LEÇON   134   –   COURS DES ADULTES

VERSET DE MEMOIRE : « Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé ; la nuit vient, où personne ne peut travailler »  (Jean 9 : 4). 

 

I La Véritable Lumière

  1. Jésus, en répondant à la question des disciples au sujet de l’aveugle-né, dit qu’il était dans une pareille condition non parce qu’il a péché, mais pour que les œuvres de Dieu puissent être manifestées en lui :             Jean 9 : 1-4 ;  11 : 4.
  2. Les œuvres de Dieu sont manifestes pour présenter la vérité que Christ était la lumière du monde : Jean 9 : 4,5 ; 8 : 12 ; 1 : 9 ; 12 : 35-41 ; Matthieu 13 : 13-17.
  3. Jésus appliqua, sur les yeux de l’homme, de l’argile pétrie avec de la salive et, au moment où il se lavait les yeux au Réservoir de Siloé, l’aveugle recouvra la vue : Jean 9 : 6,7.-

II   Un  Vrai  Témoignage

  1. Plusieurs, qui virent le miracle du recouvrement de la vue de l’aveugle, doutèrent que Jésus eût réellement accompli l’acte : Jean 9 : 8-21.
  2. Les parents de l’aveugle et les voisins, eurent peur des pharisiens opposés à Christ et avaient peur d’affirmer que Christ avait fait le miracle : Jean 9:8, 9, 18, 22 ; 16:2 ; 12: 42 ; 10: 19-21.
  3. L’homme né aveugle n’hésita pas à déclarer vigoureusement qu’il était celui qui avait recouvré la vue, et que Christ était celui qui avait accompli l’acte : Jean 9:9, 11, 12, 17.
  4. Les Pharisiens ridiculisèrent le témoignage de l’aveugle, mais ce dernier résista vaillamment à leur incrédulité, par cette déclaration : « J’étais aveugle, et maintenant je vois » : Jean 9 : 15-17, 24-34.

III        La  Lumière  Rejetée.

  1. L’aveugle, à cause de son courageux témoignage au sujet de Christ, fut expulsé de la Synagogue : Jean 9 : 22, 34.
  2. Jésus, apprenant qu’il fut expulsé, le chercha, Se révéla à lui, et lui fit connaître la vraie adoration : Jean 9: 35-38 ; 4 : 23,24 ; Romains 16: 25,26 ; Philippiens 3: 3.
  3. Jésus dit aux Pharisiens qu’ils avaient le péché dans leur vie et par conséquent, ils étaient spirituellement aveugles : Jean 9 : 39 – 41.

COMMENTAIRE

La Vérité et la Lumière Révélées

L’évangile selon Jean dit de Christ : « En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes » et « Cette lumière était la véritable lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme » (Jean 1 : 4, 9). Comme cette vérité fut dramatiquement présentée à un monde d’incrédules que nous voyons dans l’histoire de cet aveugle qui fut guéri de sa cécité par Christ !

Les disciples demandèrent à Jésus celui dont le péché était la cause d’une telle tragédie, pour que cet homme fût aveugle depuis sa naissance. Ils ne semblaient pas douter que cette cécité fût provoquée par le péché de quelqu’un — peut-être que l’aveugle lui-même ou ses parents avaient péché. Jésus leur fit remarquer le fait que quand une affliction ou une maladie atteignait l’humanité en général à cause du péché, cela ne voulait pas toujours dire que lorsque quelqu’un était dans  l’affliction il était lui-même coupable de péché. Dans ce cas, Jésus dit aux disciples que c’était pour que les œuvres de Dieu pussent être manifestées.

Jésus n’opère jamais un miracle pour  satisfaire une futile curiosité. Lorsqu’il accomplissait ces actes et faits étonnants, c’était pour faire connaître aux hommes la vérité que celui, qui avait le pouvoir de faire de pareilles choses, devrait être au moins digne d’être écouté. Jésus dit de Lui-même : « Si je ne fais pas les œuvres de mon père, ne me croyez pas. Mais si je les fais, quand même vous ne me croiriez point, croyez à ces œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père » (Jean 10 : 37, 38).

Lorsque Jésus appliqua de l’argile pétrie avec de la salive sur les yeux de l’aveugle, Il avait quelque chose en vue, qui est plus qu’une simple guérison des yeux d’une personne. Bien que ce fût un merveilleux miracle, il était cependant insignifiant à côté de la vraie identité de Jésus, et de ce qu’était Son œuvre. Jésus dit ici : « Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde ». Là était la mission de Christ. Il n’est pas seulement le guérisseur du corps des hommes. Il est le Sauveur des âmes des hommes, car Il dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie » (Jean 14 : 6). Il était la Lumière du monde. En ouvrant les yeux à cet aveugle, Il espérait démontrer à tous qu’Il pouvait aussi ouvrir les yeux aveuglés à la vérité suivante : tous les hommes sont des pécheurs et ont besoin du salut que Dieu seul peut donner.

Des Ténèbres à la Lumière.

Pour recouvrer la vue, cet homme fit simplement ce que Jésus lui demanda : Va au Réservoir de Siloé et lave de tes yeux l’argile pétrie avec de la salive qui y avait été appliquée. Ce qu’il fit. Il se retourna, ayant recouvré la vue !

Il n’y avait pas de puissance curative dans l’argile que Jésus appliqua sur les yeux de l’homme. Il n’y avait pas non plus de puissance curative dans le Réservoir de Siloé. La Bible nous dit d’appeler les anciens de l’église pour nous oindre d’huile et prier pour nous lorsque nous sommes malades (Jacques 5 : 14, 15). Il n’y a pas une vertu curative dans l’huile. C’est l’obéissance au commandement de Dieu, et la foi en Christ, qui apportent la vertu curative de Dieu.

Maints reproches ont été faits au sujet de l’Evangile à cause de plusieurs qui se disent capables de guérir les gens. Le monde est plein de soi-disant « guérisseurs par la foi » qui affirment qu’ils sont capables de guérir. Mais c’est l’obéissance à la Parole de Dieu, et la foi, qui apportent la guérison de Dieu — et rien d’autre.

Nous pouvons bien imaginer avec quel émerveillement cet homme releva la tête de l’eau quand ses yeux s’ouvrirent instantanément. Qui pouvait exprimer ses sentiments sauf celui qui n’a jamais vu la lumière du jour, la beauté de la nature et les œuvres de Dieu ? Et puis, avoir les yeux aveuglés ouverts d’une façon très glorieuse! C’est alors avec étonnement que le pécheur ouvre ses yeux aux vérités de l’Évangile ! Avec quel étonnement il voit pour la première fois la beauté de Christ, alors qu’auparavant il ne pouvait rien voir !

Parlant de Christ et de la Parole de Dieu, Pierre dit : « Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs » (2 Pierre 1 : 19).

Ce fut pour cet aveugle-né le commencement d’un nouveau jour. Cependant, ce qu’il reçut était plus qu’un recouvrement de la vue. Il était devenu un croyant ferme dans la Main qui l’a guéri. Christ, l’Étoile salvatrice du Matin, était sur le point de se lever dans toute Sa beauté dans son cœur. Il avait les yeux ouverts, mais surtout son entendement fut ouvert aux vérités de Dieu.

La  Grâce Transformatrice

Les voisins reçurent avec surprise cet homme revenu de la Piscine de Siloé. Ils étaient au comble de la joie à cause du miracle dont ils venaient d’être témoins. Plusieurs ne le reconnurent plus. Lorsqu’un homme est avec Christ, et reçoit de Lui cette puissance céleste dans sa vie, il devient différent. Jamais un homme n’ait été  si longtemps en contact avec Christ, et soit toujours resté le même. Ainsi, la plupart de ses voisins disaient que c’était lui – l’aveugle. D’autres disaient qu’il lui ressemblait. Il  dit lui-même: « C’est moi ».

Ils lui dirent : « Comment tes yeux ont-ils été  ouverts ? Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, a oint mes yeux, et m’a dit : va au Réservoir de Siloé, et lave-toi. J’y suis allé, je me suis lavé, et j’ai recouvré la vue ». Avec quelle simplicité cet homme a raconté l’histoire du miracle ! Il rencontra Jésus ; il lui fut demandé  d’aller faire. En résumé, il dit : j’allai, je fis et je reçus. Les portes du Ciel sont ouvertes seulement à celui qui croit.

Un homme, voulant voir Jésus au sujet de sa fille qui était sur le point de mourir, fut informé par                    ses serviteurs qu’elle était déjà morte. Sur ce, Jésus lui dit « Ne crains pas, crois seulement ». (Marc 5 : 36). Jésus se rendit chez l’homme et ressuscita la fille d’entre les morts. Essayer d’expliquer les mystères de Dieu, c’est vouloir essayer de pénétrer les mystères qui entourent les cieux élevés. « Comment tes yeux ont-ils été ouverts ? » Le monde veut toujours le savoir.

La Croyance et l’Incrédulité.

Les Pharisiens lui demandèrent alors comment il avait recouvré la vue. Si le salut était une thèse issue de beaucoup    d’études ou de grandes connaissances et savoir, le monde affluerait à la porte de ceux qui le proclament. Le salut n’est ni une simple conception mentale, ni une thèse. C’est un  fait, et ce fait est reçu par la foi, et non simplement par la connaissance ou le savoir. Dieu, dans Son amour et dans Sa miséricorde, a trouvé bon de révéler ce salut aux enfants et de le cacher aux sceptiques et aux incrédules. Cette grande vérité est dite par Jésus : « Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi. Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n’est le Père, ni qui est le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler » (Luc 10 : 21-24).

Nous savons que cet homme reçut le salut, car Christ, finalement, se révéla à lui. Les Pharisiens qui aimaient le cérémonial religieux, ne pouvait pas du tout voir la divinité de Christ parce qu’ils étaient plongés dans leurs propres traditions et dans leur incrédulité. Dieu n’accorde  pas de prix au savoir qui éloigne les hommes de la foi en Dieu. L’homme né aveugle était peut-être un bébé dans le sens où il connaissait peu de théologie et de dogme d’église, mais il était un homme dont la foi croît à la vue de Dieu parce qu’il reconnaissait que Jésus n’était pas un homme ordinaire. Il ne demanda pas à Christ s’Il pouvait le guérir. Il fit ce qui lui a été demandé, et il recouvra la vue.

Un ministre à qui il a été une fois demandé d’expliquer le salut répondit qu’il n’était pas en mesure de   l’expliquer ; c’était pour lui un devoir et un privilège de le croire, et de proclamer ses bonnes nouvelles.

Un grand nombre de religions de notre monde moderne ont fait semblant d’expliquer si clairement ce salut mais la repentance par la foi en Dieu n’est pas mentionnée  dans leurs doctrines. La divinité de Christ ou les vertus de Son Sang versé n’ont surtout pas d’importance pour eux.

Les Pharisiens déclarèrent qu’ils ne connaissaient pas « celui-ci » (le Christ), et qu’ils ne savaient d’où Il était. L’homme né aveugle répondit très efficacement : « Il est étonnant que vous ne sachiez d’où il est ; et cependant il m’a ouvert les yeux. Nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs ; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui-là qu’Il exauce. Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle-né. Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire ». (Jean 9 : 29-33).

Les Pharisiens s’efforcèrent d’obtenir quelques explications logiques de cet homme né aveugle afin d’en tirer avantage. Il leur présenta la même chose qui se présente à tout homme lorsqu’il traite du salut – des faits dénués de toute explication. « Le juste vivra par la foi » (Romains 1 : 17).

Nicodème se trouva devant la même situation lorsque Jésus lui parlait  de la nécessité d’une renaissance spirituelle. Il ne comprenait pas, et Christ fit usage du vent pour  comparer et expliquer. On peut voir les effets du vent, mais on ne peut pas voir le vent. Personne non plus ne peut expliquer le vent : d’où il vient et où il va (Jean 3 : 1-13).

Le grand miracle de Jésus était opéré pour apporter d’amples preuves au fait que Jésus était le divin Fils de Dieu, le Rédempteur de l’âme des hommes. Si un miracle est opéré aujourd’hui, il est fait dans l’intention de montrer à quelqu’un Celui qui l’a fait, le Dieu Tout-Puissant, et Son  Fils, Jésus-Christ. Le Ciel entier n’est qu’un poteau indicateur qui montre le Créateur aux hommes. Cependant beaucoup de personnes passent toute leur vie à essayer de pénétrer les mystères du Ciel. Elles sont comme les Pharisiens qui,  sans se soucier des miracles que Jésus opérait, ne pouvaient pas voir le Christ comme étant le Fils de Dieu.

 

Chassé.

            Les Pharisiens n’acceptèrent pas le témoignage de Jésus-Christ. Ils n’acceptèrent pas le témoignage de l’homme né aveugle, bien que plusieurs de ceux qui ont grandi avec lui sussent que c’était un miracle que seul Dieu pouvait opérer. Aujourd’hui, la plupart  des gens n’acceptent pas les témoignages des hommes de Dieu. Ils désirent toujours en connaître le comment et le pourquoi.

Lorsqu’Il apprit qu’on avait chassé cet homme, Jésus alla à sa rencontre et se révéla à lui. Lorsque Jésus demanda à l’homme né aveugle s’il croyait au Fils de Dieu, il Lui demanda qui Il était. Jésus dit : « Tu l’as vu, et celui qui te parle, c’est lui ». Que le témoignage de l’aveugle-né était clair : « Je crois, Seigneur » ! Quand  l’homme né aveugle avait bénéficié d’un  merveilleux miracle en recouvrant la vue, il ne  semble pas  avoir réellement reçu le salut jusqu’à ce qu’il eût une conversation avec Christ qui se révéla à lui. C’était en signe de reconnaissance, « Et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui? », et son témoignage un moment plus tard, « je crois, Seigneur », qui montrent qu’il avait reçu le salut. « Car c’est  en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut »                   (Romains 10 : 10).

Les Pharisiens entendirent Jésus dire : « Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles ». Ils dirent : « Nous aussi, sommes-nous aveugles ? » Jésus leur dit : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste ».

Par une simple foi et par la croyance, l’aveugle recouvra la vue et reçut le salut pour son âme. A cause de leur incrédulité et de leur prétention, les autres ne pouvaient pas voir du tout la main de Dieu, et  ils étaient toujours aveugles spirituellement. Parce qu’ils étaient incapables de voir la vérité de Christ, et le besoin de Sa personne, ils seront toujours aveugles et pécheurs.

 

QUESTIONS

  1. Pourquoi l’homme était-il né aveugle ?
  2. Que fit Jésus pour guérir cet homme ?
  3. D’où vint la puissance pour guérir l’aveugle ?
  4. Comment les Chrétiens sont-ils guéris aujourd’hui ?
  5. Pourquoi les Pharisiens doutèrent-ils du témoignage de l’homme ?
  6. Que pensaient les Pharisiens de Jésus ?
  7. Que pensait l’homme de Jésus ?
  8. Les Pharisiens étaient-ils aveugles ?
  9. Qu’est-ce qu’une cécité spirituelle ?