Lecture Quotidienne : 08/09/2019

DÉVOTION JOURNALIÈRE

ÉGLISE LA FOI APOSTOLIQUE

DU 8 septembre 2019

Lecture biblique : Luc 13: 1-35

«Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas.» (Luc 13:24)

Quand j’étais petit, ma mère me lisait souvent à voix haute. L’un de mes livres préférés était Le Voyage du Pèlerin, une allégorie spirituelle écrite par John Bunyan au XVIIe siècle.

Le récit du Chrétien et son voyage vers la Cité céleste donnent une image vivante de la vie du croyant, et le style de narration créatif de Bunyan permet même aux enfants de comprendre la signification spirituelle des représentations de l’histoire.

J’attendais avec impatience d’entendre le paragraphe suivant des aventures du Chrétien et demandais fréquemment à ma mère de lire un chapitre de plus.

Le livre a vraiment eu un impact sur ma jeunesse.

Au cours de ces séances de lecture, j’ai appris que le pauvre pécheur, Chrétien, devait commencer son voyage spirituel dès la réception du salut, et qu’il fallait redoubler d’efforts pour franchir cette étape.

Quitter la ville de la destruction par derrière demandait un effort et la fixation d’un but.

Quand Chrétien arriva à la porte de la croix, il a dû choisir de la traverser. Il a ensuite fallu faire des choix en cours de route pour rester sur le chemin menant à la Cité céleste.

Certaines grandes vérités spirituelles sont apparues dans l’histoire de Chrétien.

Lorsqu’une personne ressent l’appel du Saint-Esprit au salut, elle se rend vite compte qu’il y a un prix à payer pour obtenir le pardon.

Comme l’indique notre verset de réflexion, il faut entrer par une «porte étroite», ce qui nécessitera des efforts considérables.

Il faut une volonté de s’y rendre. Il faut se détourner du péché. Cela signifie une repentance.

Cependant, passer la porte et s’agenouiller près de la croix a pour résultat de voir le lourd fardeau du péché ôter. Et par conséquent, le chemin qui mène au ciel s’ouvre.

Chaque personne aura l’occasion d’entrer par la porte du salut à un moment donné. Ceux qui ne le font pas continueront sur la grande voie qui mène au jugement et à la perdition.

Dans Le Voyage du Pèlerin, le chemin choisi par Chrétien l’a conduit à la Cité céleste, mais il n’a pas toujours été facile.

Il y avait beaucoup d’embûches en cours de route.

Aussi longtemps que Chrétien restait sur le chemin par lequel il était entré par la porte du salut, il atteignait son but céleste.

S’il se détournait, il aurait des problèmes.

L’évangéliste a averti Chrétien de ne pas écouter les voix qui risqueraient de l’éloigner du sentier.

Le voyageur ne doit pas laisser la peur, la fatigue ou les tentations le décourager.

C’est pareil pour nous. Une fois que nous sommes sauvés et que nous entamons notre voyage spirituel, de nombreux détours pourraient nous éloigner du chemin qui mène au ciel.

Chaque jour, nous avons des choix à faire. Allons-nous choisir de bien faire ou allons-nous céder à la tentation?

Notre texte nous dit que nous devons «nous efforcer» d’entrer dans le ciel.

Le mot «s’efforcer » signifie «agoniser, lutter, s’exercer au maximum, travailler avec ferveur».

En d’autres termes, nous devons être sincères dans notre dévouement et nos efforts pour atteindre notre objectif éternel.

Ce n’est que par la grâce et la puissance de Dieu que nous pourrons résister aux tactiques de distraction de l’ennemi de nos âmes.

Bien que notre cheminement spirituel soit rempli de défis, pensez à la gloire qui attend ceux qui ont franchi la «porte étroite» du salut et qui ont continué fidèlement jusqu’au bout!

Le verset 29 de notre texte nous dit: “Il en viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi; et ils se mettront à table dans le royaume de Dieu.”

Quelle réunion glorieuse quand nous nous rassemblons tous ensemble là-haut. Et quelles histoires de victoire nous entendrons!

Contexte

Ce chapitre décrit plusieurs enseignements de Jésus et raconte la guérison de la femme qui a été courbée pendant dix-huit ans.

Il se termine par la lamentation de Jésus sur la ville de Jérusalem.

Dans les versets 1 à 9 du texte d’aujourd’hui, Jésus a continué à enseigner à ses auditeurs la repentance.

Certaines personnes présentes sont informés d’un événement qui avait eu lieu récemment: les soldats de Pilate avaient tué des Galiléens alors qu’ils faisaient des sacrifices au temple.

L’ancien historien Flavius Josèphe déclare que les Galiléens étaient le peuple le plus rebelle du pays. Il est donc possible que Pilate ait pensé qu’il faisait un service contre Rome en les faisant tuer.

Dans sa réponse, Jésus a fait allusion à dix-huit personnes apparemment innocentes qui ont été tuées à Siloé quand une tour est tombée sur elles, probablement alors qu’elles travaillaient sur un aqueduc.

Cette tour aurait été construite sur l’un des porches situés près de la piscine de Siloé à Jérusalem. Cet événement semblait être un accident et non un acte meurtrier comme le précédent.

Jésus a utilisé ces deux événements pour enseigner aux gens que des événements pervers ou malheureux ne se produisent pas nécessairement à titre de punition à cause du péché, mais que chacun devrait penser à son propre jour de jugement.

Jésus a illustré son propos en donnant la parabole du figuier (versets 6 à 9).

Dans l’Ancien Testament, les plantes fécondes symbolisaient souvent une vie pieuse. L’arbre représenté par Jésus se trouvait dans un vignoble propice à la culture des figues et était soigné par un jardinier.

Bien qu’il ait eu tous les avantages, il ne portait aucun fruit. Jésus faisait remarquer que ceux qui refusent de porter des fruits pour le Royaume de Dieu feront face à la destruction ultime.

Dans la partie suivante du texte (versets 10 à 17), Jésus guérit une femme infirme. Le chef de la synagogue a reproché à Jésus de guérir le jour du sabbat. En vertu de la loi, la guérison était considérée comme un travail de médecin et l’interdiction d’exercer sa profession le jour du sabbat.

Jésus a qualifié le chef de la synagogue d’hypocrite à cause de son manque de compassion et a souligné que la compassion était au cœur de la Loi.

Le verset 22 indique la position de la partie suivante du texte: Jésus était en route pour Jérusalem où il serait bientôt mis à mort. En chemin, il a donné plusieurs paraboles pour illustrer le Royaume de Dieu et aider les gens à mieux comprendre son message.

Il a comparé le Royaume de Dieu à un grain de graine de moutarde (verset 19) et à du levain ou de la levure (verset 21), qui ont tous deux la capacité de se développer.

Le peuple juif s’attendait à ce que le Messie vienne comme un grand dirigeant qui vaincrait Rome et élèverait Israël à son ancienne gloire.

Cependant, Jésus voulait que les gens comprennent que son royaume commencerait d’une manière petite et apparemment insignifiante, mais qu’il s’étendrait ensuite jusqu’à ce que le monde entier soit changé.

Dans les versets 22-30, Jésus continua d’enseigner sur le Royaume de Dieu en utilisant diverses illustrations qui démontraient que servir Dieu demandait des efforts et que la décision de suivre Jésus devait être prise alors que la porte était ouverte, car un jour, elle sera fermée.

Les derniers versets de ce chapitre (versets 31 à 35) parlent de Jésus qui est triste pour Jérusalem.

La ville de Jérusalem symbolisait la nation d’Israël, en tant que capitale politique et centre spirituel du pays.

Jérusalem avait une longue histoire de persécution et de meurtre des prophètes de Dieu, juste au moment où ils étaient sur le point de tuer leur Messie.

Jésus aurait aimé nourrir son peuple et le mettre à l’abri, mais ils ont continué à le rejeter. Il s’est donc affligé en connaissant le destin ultime de cette nation.

Regarder de plus près

1. Depuis combien de temps la femme que Jésus guérit dans le texte d’aujourd’hui souffre-t-elle de son infirmité?

2. Dans les versets 6 à 9 de notre texte, Jésus a donné la parabole du figuier. Selon vous, que représente le «fruit» inexistant sur l’arbre?

3. Au verset 24, Jésus a enseigné que ses disciples doivent «s’efforcer» d’entrer dans le ciel. Quels sont certains faits spécifiques pour lesquels nous pouvons nous efforcer dans nos vies quotidiennes?

Conclusion

Quelle joie il y aura pour ceux qui franchissent la «porte étroite» et continuent sur le chemin étroit jusqu’à ce qu’ils atteignent leur but céleste!