DÉVOTION Du 30 SEPTEMBRE 2021 Lecture Biblique : Genèse 45 : 16-28 ; 46:1-34; 47: 1-27.

DÉVOTION Du 30 SEPTEMBRE 2021 Lecture Biblique : Genèse 45 : 16-28 ; 46:1-34; 47: 1-27.

septembre 30, 2021

Lecture Biblique : Genèse 45 : 16-28 ; 46:1-34; 47: 1-27.

« Dieu parla à Israël dans une vision pendant la nuit, et il dit : Jacob ! Jacob ! Israël répondit : Me voici ! Et Dieu dit : Je suis le Dieu, le Dieu de ton père. Ne crains point de descendre en Égypte, car là je te ferai devenir une grande nation. » (Genèse 46:2-3)

Il y a quelques années, il m’avait semblé que le Seigneur voulait que je change d’emploi.

Je voulais travailler pour la même entreprise si possible, mais dans une autre fonction.

À l’époque, je ne savais pas où aller, je savais juste que Dieu était quelque part devant moi.

Pendant deux semaines, j’avais travaillé sur un autre chantier en ville, puis j’étais envoyé en dehors de la ville pour un travail qui nécessitait de faire un voyage chaque jour.

Pour arriver à l’heure au travail, je devais quitter la maison bien avant le lever du soleil et je rentrais assez tard.

Je m’étais demandé si je n’avais pas mal compris les directives de Dieu, puis j’avais prié pour être rassuré.

Tôt un matin, je conduisais en écoutant la chanson: «Tout est bien dans mon cœur.»

Alors que le son de la musique inondait ma voiture, les mots du premier couplet: «Quand la paix comme un fleuve inonde ma voie », s’inscrivaient profondément dans mon cœur.

Lorsque j’avais regardé par les vitres, la rivière au loin était si paisible qu’elle ressemblait à un miroir.

J’avais parcouru cette route de nombreuses fois, mais je ne me souvenais pas l’avoir vue si calme.

La pleine lune se couchait à l’ouest et se reflétait parfaitement sur l’eau. À ce moment-là, l’Esprit de Dieu m’a
témoigné que mon âme était en bonne santé et que je suivais Sa volonté.

Bien que notre situation dans la vie ne soit pas comparable ou équivalente à celle de Jacob, il peut y avoir des moments où le changement rend notre avenir incertain et même effrayant.

C’est peut-être ce qu’a ressenti Jacob dans notre texte d’aujourd’hui, face à la perspective d’un déménagement en Égypte.

Sans aucun doute, il désirait ardemment voir Joseph, le fils qu’il avait présumé mort, mais pour cela, il devait quitter tout ce qui lui était familier et se rendre dans un pays lointain, avec une autre langue et une autre culture.

Il était âgé à cette époque et ne pouvait pas être sûr de revoir un jour sa patrie.

Lorsque Jacob a quitté sa maison d’Hébron, il voulait connaître la volonté de Dieu et s’est rendu à Beer-Shéba.

C’était un lieu qui avait une grande signification spirituelle pour lui, car son père et son grand-père y avaient invoqué Dieu et reçu des réponses.

Pour un observateur, la famine en Canaan et l’invitation de Pharaon à se déplacer auraient pu sembler de solides indicateurs de la volonté du Seigneur.

Pourtant, Jacob voulait être rassuré dans son propre cœur. Alors qu’il cherchait le Seigneur, Dieu lui a fait part de Sa volonté.

Il lui a dit qu’il devait se rendre en Égypte, qu’Il le bénirait là-bas, que ses descendants retourneraient dans le pays de la promesse et qu’il quitterait ce monde en présence de Joseph en Égypte.

Lorsque nous sommes confrontés à de nouvelles situations, il est normal d’éprouver un certain degré d’anxiété face au changement. Cependant, nous ne devons pas laisser la peur nous envahir.

Il est encourageant de se rappeler que le Seigneur de toute la terre connaît nos noms et nos besoins personnels. Il sera toujours là pour prendre soin de nous !

 

 

 

CONTEXTE

 

 

Le passage de l’Écriture d’aujourd’hui décrit l’invitation faite par Pharaon à la famille de Joseph de se rendre en Égypte, le retour des fils de Jacob à Canaan avec la nouvelle que Joseph était vivant et le déménagement de la famille en Égypte.

Après avoir révélé son identité à ses frères, Joseph leur a donné des instructions et a facilité le déménagement de toutes leurs familles en Égypte.

La phrase: «Ne vous querellez pas en chemin. » Genèse 45:24) était une mise en garde pour qu’ils ne reprennent pas leurs anciennes habitudes de querelles entre eux.

Quitter Hébron pour l’Égypte a été un changement majeur dans la vie de Jacob. Il avait 130 ans et vivait dans la terre promise par Dieu à Abraham, Isaac et lui-même.

En quittant cette terre, il a construit un autel et s’est prosterné devant le Seigneur à Beer-Shéba. L’assurance que Dieu Lui-même a donnée à Jacob lui a permis d’approuver pleinement son déménagement. Genèse 46:8-27 énumère la famille de Jacob à cette époque.

Le pays de Gosen, d’une longueur d’environ quarante miles (64 km) et d’une superficie totale de neuf cents miles carrés (2330 km carrés), était une vallée fertile située dans la partie nord-est du delta du Nil.

Bien que quelque peu séparé de la partie principale de l’Égypte, il était proche de l’endroit où se trouvait la maison de Joseph et constituait une propriété de choix pour l’élevage de bovins et de moutons.

Comme les Égyptiens n’avaient aucune considération pour les bergers, la géographie permettait de se séparer de la population égyptienne et contribuait à préserver la culture propre d’Israël.

C’est à Gosen que Joseph et son père se sont retrouvés pour la première fois en vingt-deux ans. Jacob a indiqué que le fait de revoir Joseph rendait sa vie complète.

Pour que la famille de Jacob puisse rester en Égypte, il fallait qu’elle ait une autorisation officielle.

Joseph a soigneusement instruit cinq de ses frères sur la meilleure approche à adopter lorsqu’ils se présenteraient devant Pharaon, et ils ont précisé qu’ils n’étaient en Égypte que temporairement – pour « séjourner » (Genèse 47:4).

Normalement, le Nil est en crue pendant l’été et les nutriments déposés dans le sol pendant la crue rendent la terre fertile pour les cultures.

Mais en ces années de famine, les inondations n’ont pas eu lieu. Le peuple a acheté du grain à Pharaon par l’intermédiaire de Joseph, d’abord en utilisant son argent.

Puis ils ont donné leurs troupeaux, leurs terres, et enfin eux-mêmes, devenant ainsi les serviteurs de Pharaon pour vivre.

À la fin de la famine, Joseph a institué un programme de location ou d’imposition selon lequel le peuple devait payer vingt pour cent du rendement de ses récoltes à Pharaon.

 

 

 

REGARDER DE PLUS PRÈS

 

 

1. Comment l’âge de Jacob a-t-il pu influencer ses pensées sur le voyage en Egypte ?

2. Qu’est-il arrivé à la famille de Jacob après son installation à Gosen ?

3. Comment les actions de Jacob concernant un changement majeur dans sa vie peuvent-elles nous encourager aujourd’hui lorsque nous sommes confrontés à des changements ?

 

 

 

CONCLUSION

 

 

Parfois, l’avenir semble incertain, et nous ne savons pas quelle étape franchir. Lorsque nous demandons une direction, Dieu nous aidera à connaître le chemin que nous devons suivre.