DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 14, 2019

 

Lecture biblique : Actes 18: 1-22.

«Le Seigneur dit à Paul en vision pendant la nuit: Ne crains point; mais parle, et ne te tais point »                              ( Actes 18: 9).

 


Depuis l’époque de l’Église primitive, certains ont parlé avec audace pour défendre la cause de Dieu, dans un environnement moqueur et railleur sur l’existence de Dieu.

Un de ces incidents s’est produit dans les années 1700 en Prusse.

Frédéric le Grand, qui régna sur la Prusse de 1740 à 1786, était connu pour son scepticisme et sa raillerie sur la religion.

Une nuit, avec des membres de son personnel réunis autour de lui, le roi commença à faire des blagues vulgaires sur le Fils de Dieu jusqu’à ce que l’endroit soit rempli de railleurs.

Un de ses officiers les plus dignes de confiance, le général Von Zealand, faisait partie des personnes présentes.

Von Zealand était un fervent croyant. Après avoir écouté les commentaires de ces moqueurs pendant un moment, il se leva finalement et s’adressa solennellement au roi en ces termes: «Monsieur, vous savez que je n’ai pas peur de la mort, vous savez que je me suis battu pour vous dans trente-huit batailles que j’ai toutes gagnées. Mais, monsieur, mes cheveux sont gris; je suis un vieil homme, et je devrais bientôt aller en présence d’un plus grand que vous, Le Dieu puissant, qui m’a sauvé de mes péchés; le Seigneur Jésus-Christ, contre qui vous avez prononcé des blasphèmes. Monsieur, je ne peux pas attendre et continuer d’entendre parler de mon Sauveur comme vous venez de le faire. Je vous salue, Monsieur, comme un vieillard qui aime le Sauveur, au seuil de l’éternité. »

La salle resta comme morte, silencieuse.

Quel serait le sort de celui qui a blâmé publiquement le roi avec une telle hardiesse?

Les personnes présentes se sont peut-être demandé si la vie de l’ancien officier était en jeu malgré ses années de loyaux services.

Finalement le roi a répondu avec une voix tremblante et dit: «Général Von Zealand, je vous demande pardon, je vous demande pardon.»

En quelques instants, toute l’assemblée quitta la pièce en silence1.

Dieu Lui-même a dû donner du courage à ce vénérable général prussien, lui permettant de se tenir devant son roi et devant ses collègues railleurs, et de déclarer hardiment sa foi en son Sauveur, Jésus-Christ, contre qui, ils étaient en train de proférer des paroles blasphématoires.

Dans le texte d’aujourd’hui, nous voyons une autre personne qui a pris position pour Christ parmi les gens qui ont exprimé une opposition blasphématoire: l’apôtre Paul.

Après son arrivée à Corinthe, la prédication de Paul avait été vivement rejetée par les Juifs.

Dans le passé, il avait été battu, emprisonné, chassé des villes et continuellement attaqué par des judaïsants à cause de son message.

Son enseignement étant ébranlé par un tumulte suscité à Corinthe. Paul avait sans doute besoin d’encouragement de Dieu pour continuer.

Dieu n’a pas abandonné son serviteur.

Dans notre verset du jour, nous lisons que Dieu a parlé à l’apôtre dans une vision nocturne en lui disant: « Ne crains point; mais parle, et ne te tais point. »

Cet encouragement aida Paul à continuer à prêcher à Corinthe pendant encore un an et demi, jusqu’à ce qu’il commença son troisième voyage missionnaire.

Tout au long de l’histoire de l’église, les chrétiens ont défendu leur foi contre les attaques de ceux qui la méprisent, doutent ou la contestent.

Ils ne parlent pas pour démontrer leurs grandes compétences oratoires ou intellectuelles, mais pour honorer celui qui est le Roi de leur vie.

Nous ne serons pas forcément obligés de défendre la cause de Dieu devant une foule moqueuse d’officiers de l’armée ou des chefs religieux violents.

Cependant, nous devons prendre position pour Dieu quelque part!

Peut-être que notre occasion de déclarer notre foi sera devant nos camarades de classe, notre employeur, nos collègues, nos voisins ou un membre de la famille incrédule.

Quelle que soit la situation, nous pouvons être sûrs que Dieu nous donnera le courage nécessaire. Il l’a fait pour Paul et Il le fera pour nous!

Contexte

Le texte d’aujourd’hui concerne le séjour de Paul à Corinthe au cours de son deuxième voyage missionnaire.

La datation d’une inscription faisant référence à Gallion (voir le verset 12), trouvée sur des ruines archéologiques à Delphes, suggère que les événements de cette partie de l’Écriture se sont vraisemblablement déroulés lors du printemps 50 à la chute de l’année 51.

Un aperçu des sentiments de Paul après son arrivée à Corinthe se trouve dans 1 Corinthiens 2: 1-5.

On pense que Paul a écrit les livres de 1 et 2 Thessaloniciens, parmi les plus anciens livres du Nouveau Testament, pendant cette période.

Les versets 1 à 4 décrivent les débuts de Paul à Corinthe.

La distance entre Corinthe et Athènes, où l’apôtre avait prêché auparavant, est un peu plus de quatre vingts cinq kilomètres, et il est probable que Paul ait parcouru cette distance à pied.

Corinthe était la capitale de la province romaine: l’Achaïe, et un centre commercial cosmopolite.

Dominée par un temple dédié à Aphrodite, la déesse grecque de l’amour et de la guerre, la ville était connue pour ses vices et sa corruption.

L’Apôtre a logé à Corinthe avec Aquila et Priscille, des Juifs chrétiens chassés de Rome par des politiques anti-juives, qui partageaient sa passion pour la fabrication de tentes.

Comme son habitude, il a commencé ses activités de sensibilisation par «raisonnement» ou discours dans la synagogue, bien qu’il ait probablement également utilisé son lieu de travail comme tribune d’évangélisation.

Son auditoire était composé à la fois de Juifs et de Gentils qui adoraient avec les Juifs.

Les versets 5 à 11 racontent que Silas et Timothée sont arrivés de Macédoine, ce qui était un encouragement pour Paul (voir 1 Thessaloniciens 3: 6-7).

Cependant, l’intensification de ses efforts de sensibilisation dans la synagogue rencontra l’opposition des chefs religieux juifs.

L’apôtre se concentra donc sur les Gentils. Le fait qu’il secoua son vêtement au verset 6, était un geste symbolique de renonciation, démontrant que Dieu s’était détourné des Juifs à cause de leur rejet de Lui.

En raison de l’hostilité croissante des Juifs, Paul a déménagé son centre d’exhortations dans la maison de Justus, un gentil fervent qui résidait à côté de la synagogue.

Le nom de Justus indique qu’il était citoyen romain, ce qui aurait apporté à la petite congrégation chrétienne un certain statut dans la ville.

La conversion ultérieure de Crispus, chef de la synagogue, a sans aucun doute enflammé davantage les chefs religieux juifs. Cela s’est produit par le fait que Dieu a rassuré Paul dans une vision nocturne en lui demandant de cesser d’avoir peur et de continuer à parler (le sens littéral du verset 9).

Les versets 12 à 17 décrivent la réponse de Gallion au ministère de Paul. Gallion était le gouverneur de l’Achaïe et le frère de Sénèque, le philosophe et tuteur de Néron.

L’inscription «devant le tribunal» (verset 12) est encore visible sur les ruines de l’ancienne Corinthe.

Le mot « excite » dans l’accusation portée contre Paul au verset 13 a en réalité le sens de persuasion perverse, comme dans « séduction » ou « tromperie ».

Bien que la colère des Juifs envers Paul reposait sur une différence religieuse, ils tentaient de transmettre ce sentiment: il avait enfreint la loi romaine.

Gallion, cependant, a vu à travers leur duplicité et a refusé de juger l’affaire.

Les Grecs, libérant peut-être leur colère contre les Juifs qui avaient provoqué le soulèvement, ont alors battu Sosthenes, le dirigeant de la synagogue qui avait remplacé Crispus après sa conversion.

Les versets 18 à 22 indiquent que Paul est resté à Corinthe un peu plus longtemps, puis a voyagé à Ephèse avec Aquila et Priscille. Après un court séjour à Ephèse, il est retourné à Jérusalem pour «célébrer cette fête», probablement de la Pâque ou de la Pentecôte.

Regarder de plus près

0. Quel était le commandement de Claude qui a forcé Aquila et Priscille à s’installer à Corinthe?
0. Quand Paul a dit aux dirigeants juifs qu’en raison de leur rejet de Jésus en tant que Messie, il irait vers les Gentils, que pensez-vous qu’il entendait par la déclaration «J’en suis pur»?
0. De quelles manières Dieu vous a-t-Il encouragé ou a-t-Il encouragé quelqu’un de votre connaissance à faire face à la persécution ou au rejet?

Conclusion

Dieu peut et va nous donner le courage de Le défendre, même lorsque ceux qui nous entourent sont peu réceptifs, ridicules ou hostiles.