DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

novembre 15, 2019

Lecture biblique : Romains 12: 1-21


«Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l’exerce selon l’analogie de la foi;que celui qui est appelé au ministère s’attache à son ministère; que celui qui enseigne s’attache à son enseignement,et celui qui exhorte à l’exhortation. Que celui qui donne le fasse avec libéralité; que celui qui préside le fasse avec zèle; que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie. »

(Romains 12: 6-8).

Il y a quelque temps, ma femme et moi avions décidé de planter des haies pour recouvrir le vieux mur qui entoure notre maison.

Nous avons choisi d’utiliser un arbuste appelé romarin, qui a des fleurs bleues et qui pendent sur le bord du mur.

Nous avons commencé avec deux plants, mais ce n’était pas suffisant.
Nous avons donc fait appel à diverses sources pour en obtenir davantage.

Nous avons commandé à partir d’un catalogue, et acheté d’autres dans des pépinières locales, pensant que tous ces plants seraient les mêmes.
Cependant, nous avons constaté que ce n’était pas le cas.

En cherchant sur Internet des informations sur cette plante, j’ai appris qu’il existe 13 150 variétés au sein de l’espèce, portant des noms tels que :le romarin blanc, le romarin barbecue, le romarin Corse rampant, le romarin rose, le romarin lavande.

Il y a maintenant une haie de Romarins couvrant le haut de notre mur de clôture, de mêmes «espèces», mais de différentes «variétés».

Elles ont toutes un aspect légèrement différent.

Nous ne connaissions ni ne nous intéressions vraiment à l’histoire du romarin ni à ses nombreuses utilisations, mais ma recherche sur Internet a révélé qu’il s’agissait d’une sorte de menthe et que les feuilles pouvaient être utilisées pour assaisonner de l’agneau, du poulet ou du ragoût.

Son huile est utilisée dans des boissons toniques, dans des pommades, et des produits de toilette.

Une fois séchées, les feuilles sont utilisées dans des sachets, comme insecticides, et peuvent également être préparées comme thé pour apaiser les maux de tête et de ventre.

Notre haie fournit une leçon d’aspect spirituel.

Les chrétiens nés de nouveau appartiennent tous à la même «espèce», mais il y a une grande diversité d’appels et de capacités.

Paul a commencé à les énumérer dans les versets centraux d’aujourd’hui, notant que les croyants avaient «des dons différents en fonction de la grâce qui nous est donnée».

Un chrétien ne peut pas accomplir tout seul tous les travaux que le Seigneur a pour Son peuple, et nos rôles dans Son service seront différents.

Certains sont appelés à prêcher, d’autres à enseigner, d’autres à diriger, etc.

Le point important n’est pas ce que notre vocation est, mais plutôt de savoir si nous sommes en train ou non d’accomplir la raison de notre appel.

Nous voulons être assidus et joyeux en servant Dieu.

Quand nous faisons, chacun notre part, Dieu peut rendre le résultat final magnifique, tout comme la haie qui couvre le mur de la clôture de notre maison.

Contexte

L’emploi par Paul du mot « donc » au début du chapitre 12, qui signifie essentiellement « compte tenu de tout ce que j’ai dit précédemment », est essentiel dans son épître aux Romains.

Ayant terminé ses discours sur la ruine de l’homme déchu à cause du péché et du remède apporté par la mort de Jésus sur la croix (chapitres 1-8), et les relations de Dieu avec la nation d’Israël (chapitres 9 à 11), au chapitre 12, l’apôtre a ensuite mis l’accent sur l’application pratique et a enseigné à ses lecteurs les bases du comportement chrétien.

Il a commencé par exprimer au verset 1 la nécessité pour les personnes justifiées de se consacrer complètement à Dieu.

Le mot présent est traduit ailleurs par «abandonné » et exprime le concept de mettre la personne entière (l’instrument par lequel l’homme offre son service) à la disposition de Dieu.

Le temps aoriste du verbe grec traduit par «présent» indique une action spécifique se produisant à un moment donné.

Contrairement aux sacrifices de l’Ancien Testament qui ont été tués, le sacrifice décrit par Paul devait être «vivant».

Le sacrifice devait être «saint» ou réservé à l’usage de Dieu et, en tant que tel, serait «acceptable» (bien agréable) à Dieu.

Au verset 2, Paul raconte comment une consécration de cette nature affecterait le comportement, en utilisant une fois la négation et deux fois le devoir pour expliquer son point de vue.

Il a déclaré que les croyants ne devaient pas être «conformés» au monde, mais plutôt «transformés».

Le mot grec traduit par «transformé» ( métamorphoo , d’où est dérivé le mot anglais métamorphose ) implique un changement organique radical.

En même temps, la consécration devait être une activité et un mode de vie continus; la forme verbale de la phrase «soyez transformés » a le sens de continuer.

Cela devait être accompli à travers le processus en cours de «renouvellement» de l’esprit.

Dans les versets 3 à 8, l’apôtre a souligné l’humilité comme l’effet immédiat de la soumission à Dieu.

Le moi ne devait pas être exalté et les «dons» (capacités) que Dieu avait donnés ne devaient pas être considérés comme une raison de fierté personnelle.

Il a insisté sur la nécessité de créer une union fraternelle et unifiée, affirmant que «nous sommes plusieurs et que nous formons un seul corps en Christ».

Le mot prophétie du verset 6 signifie «discours inspiré» plutôt que prédiction d’événements futurs.

Le mot ministère au verset 7 signifie «service» et peut désigner soit l’ensemble du service chrétien en général, soit l’acte spécifique de pourvoir à des besoins matériels.

Paul a ensuite souligné que la transformation intérieure devait se manifester dans l’amour aux frères.

Dans le reste de ce chapitre (et au chapitre 13), il a principalement insisté sur la manière dont la vie transformée serait illustrée envers le corps des croyants.

Dans une série de brèves injonctions, les chrétiens romains ont été exhortés à être sincères en étendant l’amour aux autres (verset 9), aimer et honorer leurs frères en Christ (verset 10), être énergique dans l’accomplissement de ses devoirs (verset 11), maintenir un esprit de joie et de patience et de prière même dans les moments difficiles (verset 12).

Ils devaient prendre soin des saints (verset 13), bénir leurs ennemis (verset 14), partager leurs joies et leurs peines (verset 15) et être humbles dans leurs relations avec les autres (verset 16).

Ils ont reçu pour instruction de ne pas rendre le mal par le mal mais de se concentrer sur ce qui est bon (verset 17), autant que possible, d’être en paix avec tout le monde (verset 18), de laisser à Dieu la vengeance(verset 19), et vaincre le mal en répondant avec le bien (versets 20-21).

Regarder de plus près
0. Quels sont trois des attributs donnés par l’apôtre Paul dans les versets 9 à 13 que les croyants devraient démontrer?
0. Pourquoi s’abandonner à Dieu est-il un service «raisonnable»?
0. D’après le verset 9, de quelles façons pouvons-nous «nous attacher fortement à ce qui est bien »?

Conclusion

Dieu a appelé chacun de nous. Êtes-vous en train de prospérer à votre place dans la «haie» de Dieu?