DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

avril 28, 2020

Lecture biblique : Jérémie 36: 1-32

«La parole de l’Éternel fut adressée à Jérémie, en ces mots, après que le roi eut brûlé le livre contenant les paroles que Baruc avait écrites sous la dictée de Jérémie: Prends de nouveau un autre livre, et tu y écriras toutes les paroles qui étaient dans le premier livre qu’a brûlé Jojakim, roi de Juda.» (Jérémie 36: 27-28)

Dans le cadre de sa formation continue, mon gendre Chris s’était inscrit à un cours universitaire en ligne intitulé: «Histoire de l’Ancien Testament: comprendre la Bible».

Désireux d’élargir ses connaissances sur la façon dont la Bible était écrite et d’apprendre quelque chose sur le contexte culturel et historique des Écritures ( les écrits de la Bible), il avait pensé que le cours serait utile.

Cependant, il n’avait pas fallu longtemps pour que Chris commence à se sentir mal à l’aise avec la perspective offerte dans le manuel de cours attribué.

Il avait fait une petite recherche sur l’auteur de ce Manuel et avait découvert que cet homme faisait partie d’un groupe de gens qui organisent des séminaires sur Jésus.

Ils enseignent que Jésus n’était qu’un sage juif hellénistique ( civilisation grecque durant la période allant de la mort d’Alexandre à la conquête romaine) itinérant qui n’était pas mort pour racheter les pécheurs ni ressuscité des morts, mais qu’Il avait prêché un évangile social dans des paraboles surprenantes et des vérités générales.

Cela expliquait sérieusement l’approche incrédule que Chris avait identifiée dans son manuel!

Il avait observé que le cours aurait dû être sous-titré: «Comprendre comment essayer de réfuter la Bible».

Chris n’était certainement pas la première personne à rencontrer une attitude antagoniste envers la Parole de Dieu.

Depuis la nuit des temps, Satan a tenté d’éradiquer la vérité divinement inspirée de la Bible. Cependant, la Sainte Bible a résisté à d’innombrables tentatives de la détruire et de discréditer son autorité au cours des siècles.

Dans le texte d’aujourd’hui, le roi Jojakim a rejoint tristement la célèbre liste de ceux qui ont tenté de supprimer les paroles de Dieu.

Dans une rage passionnée, il coupa le livre écrit par Jérémie puis le brûla. Cependant, notre verset se concentre sur le fait que Dieu avait simplement ordonné à Jérémie de réécrire la prophétie.

Jojakim n’avait pas réussi à détruire la Parole de Dieu, ni personne d’autre qui l’avait essayé à travers les âges.

Un exposant et auteur de la Bible avait résumé une vérité profonde quand il avait dit: «Les infidèles avec tous leurs assauts font à peu près autant d’impression sur ce livre qu’un homme avec un marteau piqueur ferait sur les pyramides d’Égypte. »

Lorsque le monarque français avait proposé la persécution des chrétiens pendant Son règne, un vieil homme d’État et guerrier lui avait dit: «Monsieur, l’Église de Dieu est une enclume qui a épuisé de nombreux marteaux.»

Ainsi, les marteaux des infidèles continuent de percer ce livre depuis des siècles, mais les marteaux sont usés et l’enclume persiste.

Si ce livre n’était pas le livre de Dieu, les hommes l’auraient détruit depuis longtemps.

Empereurs et papes, rois et prêtres, princes et souverains ont tous essayé; ils meurent et le livre continue toujours à vivre. »(1)

Aujourd’hui en tant que chrétiens, nous nous trouverons certainement presque confrontés, parfois à des philosophies, à des points de vue mondains, et à des individus qui contestent la véracité et l’autorité de la Parole de Dieu.

Essayons de valoriser la Parole de Dieu, et n’hésitons pas à la défendre!

Contexte

Au cours de la quatrième année du règne de Jojakim, Dieu a ordonné au prophète Jérémie de noter les prophéties qui lui avaient été données. Le jugement de Dieu sur Juda était imminent, mais Il voulait donner au peuple une autre occasion de se détourner de ses mauvaises voies.

Baruc, qui avait écrit la parole de Jérémie, était un scribe. C’était un homme remarquable de sciences, et il était familier avec les coutumes et les lois de l’époque.

Le «rouleau d’un livre» était probablement manuscrit, sur du parchemin ou de vélin ( du cuir provenant de peaux d’animaux).

Les pièces étaient cousues ensemble et roulées sur un morceau de bois.

Au cours de la cinquième année du règne de Jojakim, le peuple de Juda était venu au Temple pour un jeûne, peut-être à cause de l’attaque antérieure de l’armée babylonienne contre Jérusalem.

Bien que Jérémie n’était pas en prison à cette époque, il n’avait pas la faveur des dirigeants, ni celle de la plupart des gens ordinaires.

Par conséquent, il n’était pas autorisé à aller au Temple, et il avait demandé à Baruc de lire le rôle aux gens qui y étaient rassemblés.

Guemaria était un prince. Son fils, Michée, a entendu la lecture de Baruc et est allé dire aux autres princes qui étaient réunis à la maison du roi. Ils ont appelé Baruch et ont eu peur en entendant le message.

Ils voulaient avoir la confirmation que Baruc avait bien écrit les paroles de Jérémie. Puis ils ont dit que l’affaire devait aller au roi, et ont conseillé à Baruc que lui et Jérémie devraient se cacher.

Le neuvième mois était décembre, et Jojakim était dans sa maison d’hiver, probablement une zone du palais qui était plus chaude. Le feu aurait pu être dans une casserole en métal ou en terre.

Jojakim a ordonné que le parchemin soit apporté et lu. Le roi était tellement furieux qu’il avait coupé le parchemin avec un canif – un couteau que les scribes utilisaient pour couper les pages du parchemin et affûter les plumes de roseau, et l’a brûlé, montrant son mépris pour ce que Dieu avait dit.

Trois hommes du groupe: Elnathan, Delaja et Guemaria ont supplié le roi de ne pas brûler le rouleau, mais en vain. Le roi a ordonné l’arrestation de Jérémie et Baruc, mais «le Seigneur les avait cachés».

Dieu a dit à Jérémie de réécrire les mots, ce qu’il avait fait. Le deuxième écrit contenait des jugements spéciaux sur le roi pour sa méchanceté en niant la prophétie originale.
                        
Regarder de plus près

Pourquoi Jérémie avait-t-il dit à Baruc de prendre le rouleau et de lire le message de Dieu au peuple, au lieu de se rendre lui-même?
 
Pourquoi pensez-vous que les princes avaient dit à Baruc d’aller se cacher avec Jérémie, pendant qu’ils lisaient le rouleau au roi?
 
Comment pouvons-nous avoir l’audace de défendre la cause de Christ?

Conclusion

De nos jours, comme pendant toutes les générations, il y a ceux qui rejettent la Bible, mais ils ne peuvent pas la détruire.

La Parole de Dieu demeurera pour toujours !

1. H. L. Hastings, cité dans Le plus grand livre du monde par John W. Lea, 8 janvier 2010.