A 135

LA PRIERE DE DAVID POUR LA PUISSANCE DE  DIEU QUI SOUTIENT

Psaume 17 : 1 – 15

LEÇON   135  –  COURS DES ADULTES

VERSET DE MEMOIRE : « Pour moi, dans mon  innocence, je verrai ta face ; dès le réveil, je me rassasierai de ton image »  (Psaume 17 : 15). 

 

I       Une Prière

  1. Avec ferveur David prie que Dieu entende sa cause, prête attention à son cri, et prête l’oreille à sa prière : Psaumes 17 : 1,6 ; 103 : 6 ; Romains 5 : 2 ; Ephésiens 1 : 6 ; 2 : 18
  2. David prie pour que la puissance de Dieu qui soutient, l’aide et le garde dans la voie de la justice : Psaumes 17 : 5 ; 119 : 116, 117 ; 121 : 3 ; 18 : 37.
  3. David prie que l’amour protecteur de Dieu le délivre de ses ennemis, car une telle protection est un privilège spécial pour tout enfant de Dieu : Psaumes 17 : 7-9, 13 ; 31 : 20-25 ; 57 : 2 ; Deutéronome 32 : 9 – 12.

II   La Cause de David

  1. David se sent justifié dans sa marche devant Dieu, et il n’hésite pas à faire appel à la justice de Dieu en sa faveur : Psaume 17 : 2-4 ; I Jean 3 : 21, 22 ; Hébreux 10 : 22 ; Ephésiens 3 : 12
  2. La prière de David à Dieu décrit ses ennemis, leurs voies impies, leurs tactiques de haine, et il prie que Dieu leur inflige une juste rétribution : Psaumes 17 : 10-14 ; 73 : 5-9 ; Luc 16 : 25
  3. David prie que Dieu déçoive le méchant, le renverse et délivre sa propre âme du méchant : Psaume 17 : 13

III       Conclusion

  1. David termine sa prière avec l’assurance qu’il peut dans cette vie faire face à Dieu dans la justice, et qu’à la résurrection, il sera satisfait d’être comme Lui : Psaumes 17 : 15 ; 36 : 8, 9 ; 63 : 6 ; Jérémie 31 : 14 ; 1 Jean 3 : 1, 2

 

COMMENTAIRE

L’Accès à Dieu

Le dix-septième Psaume est l’une des innombrables prières que David fit à Dieu. On pensait qu’il fit cette prière au moment où Saül, roi d’Israël, cherchait désespérément à lui ôter la vie. Les innombrables épreuves et périls que David souffrit le conduisirent sur ses genoux  pour chercher la direction  et l’aide de Dieu. Mais n’eut été l’intervention de Dieu à plusieurs reprises en faveur de David, il aurait perdu la vie.

David, en tant qu’homme qui priait en temps d’extrêmes nécessités et besoins pour le corps et l’âme, sut par expérience comment prier. Ses prières sont un grand réconfort pour ceux qui sont en difficulté et dans le besoin. La prière est un privilège et une bénédiction suprêmes pour le Chrétien.  Avoir accès à Dieu, être en mesure d’aller à Lui, répandre  notre cœur et Lui dire nos problèmes et épreuves, sont un privilège qui ne peut pas être surestimé.

Les gens qui ont l’esprit mondain n’apprécient pas le cœur qui prie parce qu’ils ne prient pas, ni n’ont accès à Dieu à moins qu’ils se repentent. David était un homme selon le cœur de Dieu. Sa prière dans le dix-septième Psaume est celle que nous ferons bien de copier.

Une Cause Juste

La prière faite à Dieu n’est pas une chose faite au hasard ; car Dieu est Roi, et Il a énoncé des exigences précises quant à la manière dont nous devons prier. David débuta normalement sa prière en disant : « Eternel ! écoute la droiture ». Nous devons avoir une cause juste avant d’aller à Dieu en prière. Nous ne pouvons pas apporter des causes égoïstes et vindicatives à Dieu, et espérer obtenir une réponse, dans la mesure où  Dieu ne s’abaisse pas pour écouter les choses viles et coupables des hommes. Jacques nous dit : « Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions » (Jacques 4 : 3).

David était sévèrement persécuté par Saül qui fut rempli d’amertume contre Dieu à cause de son propre péché. Voyant la bénédiction de Dieu sur David, Saül devint jaloux et rempli de haine envers David parce que Dieu lui avait donné la royauté à la place de Saül. David était forcé de fuir pour sa vie face à la haine de Saül. David savait qu’il avait une cause juste, lorsqu’il priait pour sa protection contre Saül et ce fut le premier mot de sa prière.

La Sainteté

Quoique notre cause justifiable soit pour Dieu un puissant excitant pour qu’Il entende notre prière, elle n’est pas la principale raison chez Dieu pour répondre à la prière. David savait que c’est la sainteté de la vie et de l’âme que Dieu apprécie. « Car l’Éternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à lui » (2 Chroniques 16 : 9).

David dans son besoin n’hésitait pas à confier sa vie à Dieu comme un stimulant pour qu’Il l’aide dans sa détresse. « Si tu sondes mon cœur, si tu le visites la nuit, si tu m’éprouves, tu ne trouveras rien… A la vue des actions des hommes, fidèle à la parole de tes lèvres, je me tiens en garde contre la voie des violents ». Lorsque nous pouvons confier notre vie à Dieu sans craindre  qu’Il n’y découvre le péché, nous aurons accès à Dieu.

David dit que Dieu l’avait éprouvé et n’avait rien trouvé de mauvais, et qu’Il ne trouverait rien à l’avenir. La sainteté dans le passé est une bonne promesse faite à Dieu afin que par Sa grâce nous ayons la sainteté dans le futur. C’était la preuve du passé qui permit à David de prier avec une telle audace. « Ma pensée n’est pas autre que ce qui sort de ma bouche ». Personne ne peut garder sa langue comme il le devrait sans l’aide de Dieu.

Satan est l’accusateur des frères, mais la sainteté de vie est une chose contre laquelle ses accusations sont sans effet. Lorsqu’un mortel peut se tenir sur le rocher de la sainteté, il a une position avantageuse avec Dieu, qui prévaudra en chaque circonstance. Le Psalmiste nous dit : « Les yeux de l’Éternel sont sur les justes, et ses oreilles sont attentives à leurs cris… Quand les justes crient, l’Eternel entend, et il les délivre de toutes leurs détresses » (Psaume 34 : 16,18).

Dans l’épreuve de sa foi, Job savait que l’intégrité de son âme devant Dieu était la chose la plus précieuse  pour obtenir l’aide de Dieu dans son affliction. Son témoignage était : « Mon pied s’est attaché à ses pas ; j’ai gardé sa voie, et je n’en suis point détourné. Je n’ai pas abandonné les commandements de ses lèvres ; j’ai fait plier ma volonté aux paroles de sa bouche » (Job 23 : 11,12). « Jusqu’à mon dernier soupir je défendrai mon innocence ; je tiens à me justifier, et je ne faiblirai pas ; mon cœur ne me fait pas de reproche sur aucun de mes jours » (Job 27 : 5, 6). Job persuada Dieu, et Dieu entendit  et exauça sa prière ; et c’était la sainteté de sa vie devant Dieu qui lui fit remporter la victoire.

La Puissance  et  La Protection

David pria pour que la grâce de Dieu se manifestât  envers lui, afin de ne pas se détourner de la justice pour pécher. La puissance de Dieu est suffisante pour garder tout enfant de Dieu dans la voie de la sainteté. Tout ce que nous devons faire, c’est de demander à Dieu Sa grâce, et d’en faire usage lorsque nous la recevons. Le péché n’aura aucun pouvoir sur nous aussi longtemps que nous demeurerons sous le Sang de Christ. Cependant, nous devons souvent demander, car Dieu donne seulement selon le besoin de la journée.

Beaucoup pensent que David voulait parler du globe de l’œil lorsqu’il pria que Dieu le gardât comme la prunelle de l’œil. Le corps de l’homme est un chef-d’œuvre de la main créatrice de Dieu, et l’œil est une merveille des merveilles avec la protection que Dieu lui a donnée. Il est placé au fond de l’orbite du crâne où aucun corps étranger perdu ne taperait que le crâne sans toucher l’œil. L’œil est équipé de paupières qui, plus rapides qu’on ne saurait penser, peuvent se fermer à l’approche d’un projectile, mettant ainsi l’œil à l’abri du danger. En dehors de ceci, les cils sont au-dessus des yeux pour l’aider à surmonter tout malheur qui pourrait se produire.

En quelques mots, David a dit beaucoup de choses  en décrivant à Dieu le genre  de protection qu’il désirait. Il voulait être protégé contre le danger venant de tout côté, d’en haut, d’en bas, si Dieu le protégeait  comme il le désirait. David vit les merveilleuses œuvres de Dieu dans la construction des yeux, et il n’hésita pas à demander les mêmes choses pour lui-même, en tant qu’enfant de Dieu. Dans les Ecritures, un pouvoir suffisant est donné en promesse pour une telle protection à un enfant de Dieu : les Psaumes 91 et 121 en sont de bons exemples.

Les  Coupables

David rappela à Dieu la méchanceté de ses ennemis en contraste avec la justice de sa propre vie. Nous avons seulement besoin de marcher dans les rues chaque jour, pour voir les hommes tels que David les décrivit. Ses ennemis le poursuivaient comme un lion le fait pour sa proie. D’habitude, le lion se met à l’affût, dans de hautes herbes, ou en un bon refuge pour bondir sur sa proie au moment où elle passe. Pierre appelle lion, Satan, l’ennemi suprême de toute               l’humanité : « Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera »               (I Pierre 5 : 8).

David pria pour la délivrance : « Délivre-moi des hommes par ta main, Eternel, des hommes de ce monde ! Leur part est dans la vie » (Psaume 17 : 14). Il est une vérité qui n’est pas toujours vue, c’est que les hommes du monde, et les méchants ont leur part de richesses et de biens dans la présente vie.

Plusieurs pensent que le trésor caché dont David parlait signifie le trésor caché du monde, telle que la richesse minière. C’est un fait incontesté que la plupart des hommes les plus méchants qui aient vécu ont été aussi les plus riches. Posséder des richesses ne justifie pas le caractère ou le succès des hommes devant Dieu. Plusieurs personnes favorisent les riches et méprisent les pauvres. « Qu’il est difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! Car il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu » (Luc 18 : 24,25). David écrivit au sujet de la prospérité du méchant : « Car je portais envie aux insensés, en voyant le bonheur des méchants. Rien ne les tourmente jusqu’à leur mort, et leur corps est chargé d’embonpoint ; ils n’ont aucune part aux souffrances humaines, …Quand j’ai réfléchi là-dessus pour m’éclairer, la difficulté fut grande à mes yeux, … jusqu’à ce que j’eusse pris garde au sort final des méchants » (Psaume 73 : 3-5, 16,17).

Les riches, en mourant, laissent leur bien à leurs enfants pour qu’ils en jouissent. Souvent, les méchants disposent de toutes les bénédictions matérielles qu’ils pouvaient désirer, cependant, à leur mort, ils sont comme les autres hommes – ils  abandonnent tout. Ceux qui ne connaissent pas Dieu sont  » semblables aux bêtes que l’on égorge » – sans espérance (Psaumes 49 :21).

Très souvent, les méchants jouissent dans cette vie des richesses et des plaisirs du péché, mais ils meurent et vont dans un enfer éternel sans aucun bien pour les réconforter. Ceci est cité en exemple dans le récit de Lazare et du riche (Luc 16 : 19-31). Lazare quémandait à la porte du riche, et désirait se rassasier des miettes qui tombaient de sa table. Il n’avait, en apparence, aucun bien dans cette vie, mais lorsqu’il mourut, il quitta à jamais ses jours de malheur, et alla vivre avec Dieu dans l’éternité où il n’y a rien d’autre que le bonheur éternel. Quel contraste lorsque le riche mourut, quitta ses jours de bonheur, et alla passer l’éternité en enfer !

Le Repos du Chrétien

David termina sa prière faite à Dieu par quelques mots de confiance en Dieu, et de sérénité de l’âme. L’enfant de Dieu a la paix avec Dieu, la confiance en le divin plan de Dieu et en Sa protection pour Son peuple. L’espérance de voir la face de Dieu dans la justice fut la plus grande préoccupation de David. « Dès le réveil (ce qui signifie la résurrection), je me rassasierai de ton image ». Nous Le verrons tel qu’Il est et nous serons semblables à Lui. Il est difficile à l’esprit borné de concevoir ce que l’immortalité sera ; toutefois, la Bible nous dit que nous serons immortels, semblables à Christ, et fils de Dieu dans la plénitude de l’héritage. Donc ce ne sera plus difficile de comprendre pourquoi David pouvait dire en toute sincérité : « Dès le réveil, je me rassasierai de ton image ».

QUESTIONS

  1. Quelle est la juste manière de prier ?
  2. Devrions-nous laisser Dieu éprouver notre cœur, et nous sonder pour savoir si nous avons péché ?
  3. Qui est le destructeur des hommes ?
  4. Que voulait dire David lorsqu’il demandât que Dieu le garde comme la prunelle de l’œil ?
  5. Comment les pécheurs sont-ils comparés aux lions ?
  6. Les méchants, jouissent-ils dans cette vie des meilleures choses que les saints de Dieu ?
  7. Quand les saints hériteront-ils de toutes leurs bonnes choses ?
  8. Que voulait dire David lorsqu’il déclare qu’il se rassasierait de l’image de Dieu, dès son réveil ?